Témoignages de « panthéristes » !

Qui de mieux que les anciens participants pour vous en parler ?! Voir descriptif détaillé

Témoignages de « panthéristes » !

Qui de mieux que les anciens participants pour vous en parler ?! Voir descriptif détaillé








Voici quelques témoignages qui pourront vous donner un aperçu de nos expéditions !

Saison 2017 - Réserves de Sarychat-Ertash, réserve de Naryn et région des Pamirs Alai

Juillet 2017 - Claire T.

J’ai une nouvelle fois vécu une expérience incroyable avec PANTHERA, un grand merci à nos encadrants Pierre et Bastien pour le partage de leurs connaissances, leur bonne humeur et leur engagement qui nous ont permis de vivre cette riche aventure !

Saison 2016 - Réserves de Sarychat-Ertash et de Naryn

Octobre Naryn 2016 - Françoise S.

Au total une expérience vraiment hors des sentiers battus compte tenu que c’était octobre et que la neige avait été une de mes motivations donc je n’ai pas été déçue du tout à ce niveau.
Un esprit très aventure aussi à cause de la personnalité des participants et un groupe qui a vraiment bien fonctionné. Les gardes ont été d’une grande disponibilité et c’était un plaisir pour moi de les retrouver le soir sous la grande tente pour déguster le « plov » et boire mes litres de « tchai ».

La panthère je ne l’ai pas vue bien sûr, mais elle n’était quand même pas très loin. Une bonne alternance entre les moments d’observation et la marche. Des heures passées a cheval à simplement savourer la vue du paysage en silence, ce qui contribue toujours fortement à mon bien-être. C’est vraiment bien l’itinérance, et une expédition sans les chevaux ne rendrait pas justice a la culture équestre du pays.
Un esprit spartiate et simple qui me convient bien et renforce la dimension « aventure » de l’expédition.

J’ai eu très froid aux pieds, mais cela me servira pour la prochaine fois, je ne partirai plus sans mes bottes de neige !

Octobre Naryn 2016 - Camille F.

Une magnifique et inoubliable expérience que cette expédition. J’en reviens avec des images et émotions plein la tête.
Du coup le retour au quotidien effréné s’est fait un peu brutalement, tant les choses nous pressent ici à aller vite, toujours plus vite. En plus, au delà d’avoir pris l’avion malade (petite intoxication alimentaire suite à mon dernier repas Kirghize), cela a perduré une semaine durant en France. Bref, dur dur de se remettre au rythme occidental...

Expédition enrichissante humainement et écologiquement parlant. De belles rencontres et de belles découvertes, même si manquaient au RDV les grands prédateurs (on peut pas tout avoir !), dans un pays fort accueillant et plein de ressources que j’espère avoir l’occasion de redécouvrir un jour.

Bastien tu gères ! de l’intendance à l’expertise naturaliste ! un grand merci. Peut-être juste un brin d’insouciance en moins et une pointe de précision en plus sur les destinations et dénivelés serait parfait ( ;-) )

Octobre Naryn 2016 - Geoffrey B.

C’était top de partager ça avec vous, j’ai beaucoup appris et passé quelques semaines inoubliables.
Un grand merci aux Kirghizes aussi pour leur accueil et leur gentillesse.

Septembre Naryn 2016 - Arnaud S.M.

Le voyage c’est très bien passé mais j’avoue que j’aurais préféré rester dans la réserve plutôt que revenir dans l’urbanisation !
J’ai très bien vécu l’expédition malgré mes petits problèmes de ventre au début et à la fin.

Franchement c’était génial de vivre ça, de voir et faire le travail que vous faites pour la préservation de la faune dans la réserve !
Partager le travail et le quotidien des gardes c’était aussi top et ça me conforte dans mon idée que je voudrais me diriger vers un travail dans la nature plutôt que de rester à travailler avec des animaux captifs !

Bref, merci de m’avoir fait découvrir ces expéditions, ça fait plaisir de rencontrer des gens qui s’impliquent autant pour la préservation de la nature !

Septembre Naryn 2016 - Julien C.

Comme je l’ai dit à Bastien, j’ai énormément apprécié cette expédition et je ne regrette pas du tout de m’être lancé impulsivement dedans, bien au contraire. Comme on dit, « les meilleurs voyages sont inattendus » !

Il y avait une très bonne ambiance dans le groupe, l’équitation n’a pas posé de souci et ajoute une dimension supplémentaire à l’expédition.

Septembre Naryn 2016 - Catherine L.

J’ai vécu un rêve que je n’avais jamais osé imaginer pour moi.
Bastien est un super guide scientifique passionné diplomate attentif ... espèce rare à protéger et à conserver !
Les gardes de la réserve ont été très agréables et dévoués.

Excellente expédition pour moi avec beaucoup de super observations. De plus, le concept de l’expédition m’a pleinement satisfaite.
Bravo et merci à l’équipe encadrante.
Si je peux vous aider n’hésite pas à me solliciter.

Septembre Naryn 2016 - Bénédicte B.

Je suis revenue ravie de cette expédition.
Rien à redire au sujet de l’organisation. Les journées étaient vraiment agréables et le rythme confortable.
C’est une expérience tellement enrichissante et ressourçante sur tous les points de vue !

Août Naryn 2016 - Marie-Anne S.

Encore merci à Panthera pour l’organisation de cette expédition, au groupe pour sa bonne humeur et les bons moments partagés, et bien sûr à Bastien pour toutes les connaissances apportées !

Août Naryn 2016 - Stéphane R.

Que dire de plus que ce fut merveilleux !
Je porte un toast, au tchai car vu l’état de mes intestins la vodka n’est pas recommandé, à chacun des membres de cette expédition pour leur bonne humeur et les moments forts partagés, à ses deux encadrants qui ont réussi le tour de force de nous emmener dans cette aventure pas toujours soft en restant d’un calme Olympien et aux 3 gardes qui n’ont pas arrêté de s’activer pour nous permettre de manger, monter à cheval et voir (ou imaginer certaines fois) les animaux au loin.

Des images sublimes, des moments très forts me reviennent en mémoire et me donnent déjà l’envie de repartir dans des contrées sauvages à la rencontre d’une nature à préserver, et à sauver certaines fois malheureusement.

J’espère poursuivre la mission scientifique, seulement derrière mon ordinateur pour le moment malheureusement, en proposant d’aider sur le projet de base de données et de SIG.

Août Naryn 2016 - Camille T.

Ce fût un magnifique voyage, la découverte d’un pays splendide et de gens très intéressants et sympathiques. J’ai appris beaucoup concernant la faune, la flore, l’observation de la nature en randonnée, les mots de base en russe et en kirghize, et plein d’autres choses encore...

J’ai été ravie de tant monter à cheval (et agréablement surprise, je m’attendais à davantage de randonnée pédestre) et le partage avec les gardes autour des chevaux était vraiment formidable pour moi.

Merci à toute l’équipe Panthera et enfin merci à tous les volontaires pour votre implication, votre gentillesse... A mes yeux, ce voyage a été un partage : de connaissances, de bonne humeur, de services proposés/rendus, et maintenant de photos toutes plus belles les unes que les autres.

Août Naryn 2016 - Julie R.
Cette expédition a également été pour moi une très belle aventure, autant d’un point de vue humain que scientifique, autant sur le plan des rencontres que du reniflage de rochers. J’ai énormément appris durant ces quelques semaines et compte -j’espère pouvoir- persévérer dans cette voie notamment en continuant, au possible, à aider le programme Panthera.
Je ne trouve pas de mots appropriés pour décrire à quel point j’ai aimé ce pays : ses paysages fabuleux presque magiques, sa culture et son histoire, sa farouche faune sauvage. Partir n’a pas été facile. Y retourner le sera beaucoup plus !
Enfin, un grand merci à tout le monde, aux volontaires et leur motivation, aux gardes et leur bonne humeur, à Bastien for everything.

Juillet Sarychat 2016 - Camille L.

J’ai vécu une merveilleuse expérience au Kirghizistan, et je n’ai qu’une hâte c’est d’y retourner l’année prochaine ou dans les années qui viennent.

Leur culture et leur esprit est tellement différent de la France que c’est un bonheur total, même la vie au campement un peu rude était agréable à vivre avec la compagnie des gardes kirghizes et de Dastan le traducteur qui a fait vraiment un bon travail.

L’aspect scientifique n’a pas été très développé dans mon expédition mais je pense que c’est parce qu’on a pas trouvé autant de choses que l’on espérait, ca reste pour moi une expérience inoubliable et je vais continuer de suivre les travaux de PANTHERA et repartir un de ces jours dans les montagnes kirghizes.

Merci de m’avoir aidé à partir je pense que je ne pourrai jamais assez vous remercier.

Juillet Naryn 2016 - Nicolas M.

Retour appréciable à la civilisation, tout va très bien, une pensée toujours présente pour les enfants kirghizes et des vidéos qui ont fini de convaincre mon frère de retenter l’expérience l’année prochaine (en théorie)...

Séjour exceptionnel, vivifiant et l’envie de réitérer l’expérience au moins avec OSI et peut-être bien de retourner au Kirghizistan avec l’option apprentissage du russe !

Juillet Sarychat 2016 - Clément B.

Super expédition, de légères disparités dans le groupe mais ce fut tout de même très agréable ! La réserve est incroyablement riche !!

Un grand bravo à vous pour l’organisation et tout le « package » (encadrement, explications avant et pendant l’expédition, etc...)

Juin Naryn 2016 - Dominique R.

L’expé s’est très bien passée, Bastien est très attentif, patient, sensible, c’est un passionné qui sait partager, on s’est tous enrichis à ses côtés.

Les gardes ont été formidables, on a passé d’excellents moments.

Juin Naryn 2016 - Bruno F.

Me voici de retour dans la civilisation après ce séjour dépaysant dans les montagnes kirghizes !
J’avoue que j’appréhendais un peu la partie « cheval », mais finalement ces chevaux sont formidables et ont le pied sûr sur les chemins escarpés et pour la traversée des torrents. Donc tout s’est bien passé de ce côté là ainsi que pour le reste.

Les familles kirghizes étaient très accueillantes. Les gardes, toujours d’excellente humeur, étaient très attentionnés à notre égard. Ils nous préparaient de la bonne cuisine.

Bastien est un homme formidable, toujours à notre écoute et prêt à partager avec nous ses connaissances. J’ai beaucoup apprécié le temps passé à ses côtés.
Chaque membre du groupe était très sympathique et le voyage s’est déroulé dans une ambiance très convivial, sans aucune tension.

Je suis donc très heureux d’avoir participé à cette expédition et j’en garderai d’excellents souvenirs. Cette mission m’a notamment permis de découvrir le travail intéressant de recherche d’indices à travers les traces, les fèces, etc, que je ne connaissais pas. J’espère avoir apporté une aide efficace sur le plan ornithologique qui est plus mon domaine.

Pour finir : Félicitations aux organisateurs de cette expédition !

Bruno de la « brigade des Aigles »

Juin Naryn 2016 - Katia L.

Je reviens de mon séjour au Kirghizstan enchantée .... complètement satisfaite (ou presque car je pense avoir plus reçu que donné !!! et le départ de Myriam m’a beaucoup chagrinée, déroutée )... je suis d’abord très contente d’avoir pu « tenir le choc » physiquement et j’espère de tout cœur n’avoir pas trop perturbé les activités des uns et des autres ... car j’étais continuellement soutenue, aidée, que ce soit par Bastien, les autres participants, les Gardes...

Bastien est tout simplement extraordinaire !!!! toujours à l’écoute des uns et des autres... cherchant toujours la meilleure solution pour tous, se mettant à la portée de chacun pour les faire participer, les aider, pour partager ses connaissances du pays, de sa faune...

Et quel plaisir la compagnie des Gardes !!! eux aussi étaient toujours à notre écoute, allant même jusqu’à devancer nos désirs .. malgré le barrage de la langue... Avec eux les cabanes se transformaient en hôtel 4 étoiles !!!!... Pour eux j’étais « babouchka » et cela m’a beaucoup amusée... ils ne manquaient jamais de m’aider à descendre de cheval (alors que je pouvais me débrouiller seule) ou à m’aider à me mettre en selle ... toujours souriants, trouvant des solutions pour tout...

Et aussi les autres participants : quelle chance d’avoir pu vivre cette expédition très particulière avec des personnes aussi sympas... chacun essayant d’aider les autres (et pour ma part j’ai été aidée, soutenue, bien souvent...)... toujours dans la bonne humeur quoiqu’il arrive ! ...

Que dire également de l’accueil de ceux qui nous recevaient : royal ! je me souviendrai longtemps des tables pleines de beignets, de confitures, de miel, de pain, de bonbons... avec de super bonnes soupes le soir ou de bons plats avec des légumes et de la viande de mouton... et avec quelle gentillesse nous étions reçus !
En résumé je n’ai pas vu la Panthère (comme je m’y attendais), mais mon séjour n’en a pas été « gâché » !!!.. tout le reste était tellement bien... et je garderai aussi un souvenir « ému » pour les chevaux !!!! jamais je n’aurai imaginé qu’ils pouvaient passer dans des endroits aussi « impossibles »... leur faire confiance, se cramponner à la selle parfois et tout le trajet se transformait en véritable plaisir... j’ai beaucoup aimé !!!

Bravo à « Panthera » pour ses actions pour la panthère des neiges et pour la faune en général dans cette belle réserve de Naryn...

Juin Naryn 2016 - Justine D.

L’impression générale est prodigieuse. J’avais bien compris que ce serait un voyage complet, une aventure humaine, animale et naturelle, mais le vivre c’est autre chose.

Merci à l’association et à vous tous qui l’animez de donner la possibilité à des personnes non spécialistes mais très intéressées par ces problématiques, de découvrir, d’apprendre, de participer et de partager ces moments avec d’autres. Le volontariat scientifique fait sens, sensibilise et s’avère très utile particulièrement dans le cas de Naryn, qui est une réserve encore peu documentée. De tels programmes doivent être encouragés.

Le voyage n’aurait pas été le même sans les personnes qui nous ont accueillis et accompagnés (Aïda, Norgul et leur famille à Bishkek et Issik-Kul, la famille d’Osman à Song-Kul, les gardes bien sûr). Nous l’avons dit à Bastien lors de notre tour de table du dernier soir, pendant les réactions à chaud.

Bastien s’est montré parfait de bout en bout, alors que l’exercice n’est pas facile. Il a été d’une écoute remarquable, s’est montré très patient avec nos inépuisables questions, toujours disponible, il sait s’adapter à toutes les situations, s’imposer quand il le faut. Il nous a servi de guide, d’interprète, a su partager sa passion des rapaces et nous raconter le pastoralisme, nous initier à la vie kirghize, bref un guide super sur tous les plans.

Juin Sarychat 2016 - Emilie D.

En repensant à l’expé, des étoiles pleins les yeux, c’est un autre monde, une autre planète dans ma tête, j’ai l’impression de l’avoir rêvé, que il y a 1 semaine je n’étais pas dans ces magnifiques montagnes. Mais apparemment si !
Donc je remercie beaucoup Panthera, Stéphanie, Sylvain et tout le groupe, c’était vraiment top !

Juin Sarychat 2016 - Claire T.

Le retour s’est fait tout en douceur, bien qu’un peu déphasée après cette incroyable aventure dans les Tian Shan..
L’équipe était vraiment sympa et nos encadrants super : c’était un plaisir de suivre les traces de la panthère, guidés par leur conseils et leur expérience, et portés par leur enthousiasme et leurs qualités humaines !

Un grand merci à Anne, Anne-Lise et à toute l’équipe de PANTHERA pour cette expérience formidable !
Et peut-être à une prochaine fois, au Kirghizstan ou ailleurs !

Juin Sarychat 2016 - Iliane Q.

La ré acclimatation se fait petit à petit...
Qu’est-ce qu’elles nous manquent nos montagnes kirghizes !! Tellement qu’on projette déjà de repartir. On reste en contact avec Dima et Beka (on peut remercier les nouvelles technologies dans ces cas-là !), on se met activement au russe, et on organise nos moyens de financement... On, c’est Claire et moi. Dès l’avion entre Bichkek et Moscou on s’est souri d’un air complice : on est bien d’accord, on ne peut qu’y retourner.

C’était une expérience tellement formidable, le Kirghizstan est entré à jamais dans nos cœurs.
Alors merci à vous, Panthera, de nous avoir envoyées là-bas !
Promis la fac de Rennes ne passera pas un jour sans une affiche dans un couloir vantant le formidable programme Panthera et plus généralement cette chouette asso, OSI.

Merci à vous pour toute l’organisation, et au plaisir de se revoir (ou même de se rencontrer ;) !

Saison 2014 - Réserve de Sarychat-Ertash

Août Sarychat-Ertash 2014 - Arthur P.
Petit témoignage vidéo d’Arthur.


Août Sarychat-Ertash 2014 - Jean-Louis B.
Jean-Louis a eu la chance d’observer, avec le reste du groupe, 2 jeunes panthères, calfeutrées sous leur rocher…

Partis de Barskoon, petit village agricole prés du magnifique lac Issik-Kul dans lequel nous avons pu nous baigner, nous sommes impatients de découvrir les paysages de la haute montagne Kirghize. Passant un col à 3 800 mètres, nous atteignons sans problème le check-point et admirons la beauté sauvage des lieux. Au bout de 150 kms de piste et après avoir observé des marmottes, un renard roux assis devant son terrier, et de nombreux oiseaux, dont des oiseaux de proie, nous arrivons au camp de base, Koyundu. Le cheval remplacera maintenant la voiture, point de départ de notre expédition dans les Monts célestes...

Le départ vers le camp 1, Eshegart, se fait donc à cheval et nous franchissons le col d’Eshegart à près de 4 000 mètres. Nous avons la chance d’apercevoir un loup solitaire errant sur une ligne de crête. L‘acclimatation au cheval et à l‘altitude se fait tranquillement, les paysages sont immenses et grandioses... Nous sommes comme une petite communauté qui va vivre 2 semaines en autarcie, en immersion, loin de l‘effervescence,et parfois de la vanité, de notre civilisation.

Le jour suivant, nous partons à pied pour notre premier transect. Le transect est un parcours pédestre sur lequel nous recensons les indices de présence de la faune sauvage et installons des pièges-photographiques. Physiquement, cela peut être difficile, la pente est raide, rocailleuse et il faut être attentif au moindre indice, à la moindre trace. Les trajets dans la vallée d‘un camp à l’autre se feront eux, toujours à cheval...

Ce jour là, nous partions donc le coeur léger en espérant secrètement que la chance serait au rendez-vous.Après avoir longé en amont la rive droite de la rivière Ertash qui prend parfois des allures de mini-canyon, nous voyons à quel point le sol est aride et la végétation rustique. Soudain, un vent puissant se lève et refroidit l‘atmosphère, le moment est venu de la pause déjeuner durant laquelle nous ne cesserons de contempler la beauté de ces masses géantes à la recherche de quelque chose qui bouge, qui s‘anime… Car ici, comme souvent, les animaux sont en homochromie avec leur environnement, et il est donc souvent difficile de les voir quand ils ne bougent pas, ce qui va nous être confirmé...

Pendant que nous mangeons le pain, le fromage, le saucisson, ainsi que les amandes et abricots secs, Laurianne s ‘écrit : « quelque chose là ! »
Juste en face de nous sur la colline, un loup se déplace, s‘arrête et nous observe avant de disparaître. En fait, il nous observait en premier, immobile.Voir un loup d‘aussi près, c‘est déjà rare… Mais ce n‘était qu‘un début !

Nous entamons minutieusement la montée du transect, il s‘agit d‘un creux à flanc de montagne où coule un ruisseau avec plus ou moins de végétation. Nous explorons chaque anfractuosité, et arrive ce moment magique : Paul, désirant photographier une fleur, aperçoit alors un bébé panthère des neiges sous un rocher ! Un peu plus tard, j’aperçois le deuxième, plus timide, au fond de sa tanière. Ils sont là, tous les deux devant nous,si vulnérables, la mère étant absente... et ils feulent.

Nous vivons alors un moment enthousiaste, émotionnel, euphorique, incroyable, presque intemporel, quelque chose dont on se souviendra toute notre vie... !
Nous restons cependant le moins longtemps possible, quelques images ainsi que la pose du piège photographique et un relevé GPS, et nous redescendons heureux au campement.

Dans les jours qui suivront, nous verrons des mouflons appelés argalis, des ibex, des lièvres d’Asie, des marmottes, un hibou grand-duc passera au-dessus de notre bivouac, des aigles royaux, vautours de l ‘Himalaya et autres gypaètes barbus nous feront l’honneur de leur présence...

Un beau voyage et une belle expérience. Merci !

Saison 2013 - Réserve de Sarychat-Ertash

Juillet Sarychat-Ertash 2013 - Thierry B.

J’ai bien souvent envié ces scientifiques que nos célèbres animateurs côtoyaient au cours de leurs reportages télévisés destinés à nous faire découvrir des lointaines contrées sauvages, des paysages grandioses peuplés d’une faune et d’une flore merveilleuses et de populations indigènes aux cultures riches et variées.

Ce rêve est devenu réalité en participant à cette expédition dont est tiré ce modeste témoignage, bien pâle en regard de la richesse des moments vécus avec mes camarades et nos accompagnateurs, au coeur de ces espaces sauvages, au milieu de montagnes immenses, où l’on perd rapidement la notion des distances et du temps, et où l’on ne sait si l’ivresse que l’on ressent est due à l’altitude ou tout simplement à la plénitude et à la liberté qui s’en dégagent.

Non contents d’être ainsi plongés dans un tel univers fantasmé, épiés certainement de (très) loin par les furtives panthères dont on ne peut espérer trouver que les indices de présence (nombreux il est vrai), cette belle aventure nous permet aussi de partager le quotidien des gardes kirghizes de la réserve, dont l’éternelle bonne humeur n’a d’égale que leur connaissance du terrain. Ils savent par cœur chaque pente et la disposition des rochers sur ces vastes étendues pierreuses ou herbeuses, et ils sont toujours les premiers, voire les seuls à repérer un troupeau d’argalis, une paire de cornes appartenant à un ibex en train de nous observer du haut de la crête où il se tient prudemment avec ses congénères, et même quand on a de la chance, une ourse accompagnée de ses petits en train de défoncer consciencieusement le terrier d’une malheureuse marmotte promise à en constituer le déjeuner. Dignes héritiers de leurs ancêtres excellents cavaliers d’Asie Centrale, mais conscients des dangers que recèle ce terrain caillouteux sur lequel nous chevauchons à leurs côtés, ce sont eux aussi qui savent se montrer les plus raisonnables et responsables en modérant nos ardeurs à vouloir à chaque occasion nous offrir d’inoubliables cavalcades au milieu d’un tel décor.

Pour paraphraser ce qu’aurait dit Charles Quint au moment de l’apogée de son règne, mais pas pour les mêmes raisons compte-tenu de l’altitude de ces montagnes dont la grandeur est célébrée par leur nom (les Monts Célestes), je dirai que sur votre empire, chers Ulan, Risbek, Askat et Urmat, vous qui avez partagé avec nous cette formidable aventure, le soleil ne se couche jamais… Je suis certain que vous et vos enfants saurez préserver cet immense trésor. Portez-vous bien, vous et vos proches !



Sur ce lien vous trouvez les témoignages des participants

- aux Vacances Scientifiques (16-18 ans)

- aux Congés Science Solidaire (> 18 ans)

Nos partenaires

Voir également