Proies et concurrents de la panthère des neiges : fiche pratique

Cet article synthétise les caractéristiques importantes des proies et concurrents de la panthère des neiges dans la réserve de Sarychat-Ertach. Voir descriptif détaillé

Proies et concurrents de la panthère des neiges : fiche pratique

Cet article synthétise les caractéristiques importantes des proies et concurrents de la panthère des neiges dans la réserve de Sarychat-Ertach. Voir descriptif détaillé

L’étude de la panthère des neiges passe également par celle des ses proies et concurrents. En effet, la survie du félin Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
est en lien étroit avec le nombre de proies disponibles !
Comment reconnaître sur le terrains ces animaux ? Où chercher pour les observer ?

I- Proies

1) L’argali

Argali

Cet herbivore, apparenté au mouflon, peut mesurer de 140 à 200 cm de long. La taille au garrot est de 70 à 120 cm et il peut peser jusqu’à 180 kg.
Le mâle possède deux grosses cornes enroulées qui se terminent par des extrémités effilées pointant vers l’extérieur, ce qui le rend facilement reconnaissable.

Ce sont des animaux sociaux qui vivent en groupe de 5 à 10 individus en général mais ils peuvent se regrouper en période d’accouplement pour atteindre 200 individus !
En pratique les observations effectuées dans la réserve nous montrent des groupes de 3 à 60 individus. Ces groupes sont constitués soit de mâles, soit de femelles et leurs jeunes. Nous pouvons les observer entre 3000 et 3400 mètres d’altitude lors des transects ou avec une longue vue à partir des camps de base.

Empreinte d’argali

Les empreintes d’argali se reconnaissent par leurs deux sabots se resserrant en pince. Il n’est cependant pas aussi facile de les reconnaître sur le terrain, le sol étant la plupart du temps en pente les traces sont déformées par rapport au dessin ci-contre.
D’autres indices de présence rencontrés fréquemment sont les fèces. Celles-ci ressemblent à des crottes de lapin en hiver, elles sont beaucoup plus grosses le reste du temps et ont alors un aspect plus proche des bouses de vache.

2) L’ibex

Ibex

Un peu plus petit que l’argali, l’ibex mesure 75 à 90 cm au garrot. Il peut atteindre 160 cm de long et pèse entre 65 et 100 kg.
Cet herbivore a de grandes cornes caractéristiques incurvées vers l’arrière. Les femelles sont plus petites que les mâles et possèdent des cornes de taille moins importante et plus fines.

Les groupes formés peuvent atteindre 100 individus. Lors des expéditions de 2012, des groupes de 1 à 68 individus ont été vus. Comme pour l’argali, ces groupes sont constitués soit de mâles, soit de femelles et leurs jeunes.
Lors de l’expédition, les observations d’ibex sont moins fréquentes que celles d’argali. C’est en effet un animal qui aime les terrains très escarpés. On le retrouve vers 4000 mètres d’altitude.

Empreinte d’ibex

Les empreintes laissées par ses sabots sont plus larges et longues que celle de l’argali. On remarque une légère courbure vers l’avant.
Les crottes ne sont par contre pas caractéristiques. Elles sont semblables à celles de l’argali et seule l’altitude à laquelle nous les trouvons nous permet de suspecter leur appartenance à l’un des deux herbivores.

II- Concurrents

1) Le loup

Jeune loup observé dans la réserve de Sarychat Ertash

Le loup que l’on retrouve dans la réserve est le loup gris ou loup commun. Il mesure de 150 à 190 cm de long et de 66 à 97 cm au garrot. Il pèse entre 18 et 42 kg et peut atteindre plus de 70 kg pour les mâles.
Sa fourrure peut présenter toutes les nuances de gris, en passant par le blanc et le noir.

Ce carnivore vit la plupart du temps en meute d’une dizaine d’individus. Cependant, les rares observations que nous avons pu effectuer nous montraient un loup solitaire ou un couple avec ses louveteaux. Nous trouvons des indices de présence entre 3000 et 3600 mètres d’altitude. Le territoire du loup recoupe donc celui de la panthère des neiges. Comme cette dernière, il se nourrit d’argali, d’ibex et de marmottes, rongeurs et oiseaux en été.

Empreinte de loup

Les empreintes sont différentes de celles des félins. Elles sont en effet plus allongées (inscrites dans un rectangle et non un carré) et présentent des griffes en avant des coussinets. Le coussinet principal a également une forme reconnaissable différente de celle de la panthère des neiges : un dôme pour le loup contre deux dômes pour la panthère sur la partie haute du coussinet principal ; et deux dômes pour le loup contre 3 pour la panthère sur la partie basse de ce même coussinet.
les empreintes sont souvent retrouvées sur les berges sableuses des rivières.
Ses fèces sont également reconnaissables, elles sont très blanches à cause des nombreux os ingérés.
Les autres indices de présence que nous pouvons rencontrer sont les grattages. Ils permettent de marquer le territoire et se reconnaissent grâce à leur taille importante. Ils peuvent atteindre plusieurs mètres de long contre plusieurs dizaines de centimètres chez la panthère.

2) L’ours

Ours brun

L’ours brun mesure entre 2 et 3 mètres de long. Il peut atteindre 120 cm au garrot et pèse entre 150 et 700 kg.
Sa fourrure présente des teintes blondes, brunes ou noirs.

Les observations d’ours sont rares dans la réserve. Ils sont en effet très discrets et surtout actifs la nuit. Ce sont des animaux solitaires qui se nourrissent essentiellement de petits mammifères, d’insectes et de plantes. Ce sont donc des concurrents potentiels de la panthère des neiges essentiellement pour les marmottes.

Empreinte de patte avant d’ours

Les indices de présence que nous retrouvons sont pour la plupart des empreintes, facilement reconnaissables, ainsi que des terriers de marmottes détruits.

Bibliographie :
- L’once ou panthère des neiges (Panthera uncia ou Uncia uncia), ARELLANO, N.
Thèse de Doctorat Vétérinaire (Lyon) 1997 , 279 p.
- Plan de gestion de la Réserve d’État de Sarychat-­‐Ertach pour 2007-­‐2015
Traduction française
- Site de l’office national de la chasse et de la faune sauvage :
http://www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-...
http://www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-...
- http://www.bouquetin-des-alpes.org/

Nos partenaires

Voir également