Identifié grâce à sa fourrure...?

Voir descriptif détaillé

Identifié grâce à sa fourrure...?

Voir descriptif détaillé

Il est communément admis que la robe de certains animaux constitue une sorte d’empreinte digitale propre à chaque individu. C’est notamment le cas des zèbres et des tigres, dont les rayures varient d’un individu à l’autre et permettraient de les distinguer.

La fourrure utilisée comme une empreinte digitale

Sachant que la robe-le pelage d’un individu comporte des motifs uniques, l’identification de l’animal devient possible !

Glouton (vue de face)

Des recherches sont actuellement menées au Canada, en Alberta, sur la population de glouton du parc Kananaskis Country. En effet, les taches pectorales des gloutons sont différentes d’un individu à l’autre et permettent de distinguer chaque animal.

Tigre (vue de profil)

Le tigre est lui aussi suivi en Inde, où un logiciel d’identification à même été élaboré ! (Hiby L. et al, 2009)
Ce dernier fonctionne un peu comme les comparaisons d’empreintes digitales que nous pouvons voir dans les films et séries policières, sauf qu’il y a un peu plus de travail. En effet, les photos ne sont pas toujours faciles à exploiter et, contrairement aux empreintes qui sont à deux dimensions, les rayures doivent être analysées en trois dimensions.

Le piégeage photographique

Cette identification grâce aux particularités de la robe de ces animaux a l’avantage d’être individuelle et non invasive. En effet, contrairement aux colliers émetteurs il n’est pas nécessaire d’approcher l’animal, l’observation se fait généralement à travers le piégeage photographique.

Caméra de piégeage

Le piégeage photographique est réalisé à l’aide de caméras détectant les mouvements dans le champ de leurs objectifs. La détection du mouvement est immédiatement suivie d’une série de prises photographiques (selon réglages).
Il est ainsi possible d’obtenir des photos d’animaux sauvages « timides », ou trop dangereux pour être approchés, dans leurs milieux de vie.

Application ?

Cette technique d’identification individuelle par analyse photographique ne semble pas encore avoir été mise en place pour d’autres félidés Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
que le tigre...

La question est donc : Les taches de la panthère des neiges, des léopards, jaguars et autres félidés Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
tachetés (ou rayés) peuvent-elles être considérées comme des empreintes digitales à l’instar de leurs cousins les tigres ?

Afin d’y répondre le plus scientifiquement possible, il serait intéressant de mettre en place un projet combinant piégeage photographique et pièges à poil (méthode utilisée actuellement pour l’étude de la population de grizzly au canada, parc Kananaskis Country).
En effet, si la récupération de données génétiques correspond à des photos de profil de l’animal, il est possible d’établir un lien entre les caractéristiques de la fourrure et l’individu en lui-même.
Il serait ainsi possible de prouver que la position et la forme des taches (ou rayures) est bien propre à l’individu et, donc, qu’il est possible d’identifier un animal uniquement grâce à sa fourrure.

De plus, le recoupement des photographies avec les données génétiques pourrait être utilisé afin de rechercher des liens de parenté visible sur le pelage (s’ils existent), par exemple.

Il serait aussi possible de capturer certains individus, de prendre des photos de leurs profils et de les associer aux données génétiques de chacun. Cette méthode serait peut être plus rapide mais elle est plus invasive et probablement plus couteuse à mettre en place.

Sources

Hiby L., Lovell P., Patil N., Kumar N.S. , Gopalaswamy A.M., Karanth K.U., (2009). A tiger cannot change its stripes : using a three-dimensional model to match images of living tigers and tiger skins.
http://rsbl.royalsocietypublishing....

http://www.albertaparks.ca/albertap...

Photos :
http://passion-des-felins.forum-act...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gulo_gulo

Nos partenaires

Voir également