Expédition 2014 : Journal de bord d'une riche saison !

Pour suivre les aventures et avancées de nos équipes sur la saison 2014, laissez-vous guider et parcourez les nouvelles mises à jour (...) Voir descriptif détaillé

Expédition 2014 : Journal de bord d'une riche saison !

Pour suivre les aventures et avancées de nos équipes sur la saison 2014, laissez-vous guider et parcourez les nouvelles mises à jour (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Mai 2014, ouverture de la 9e saison du programme Panthera : sur les traces de la Panthère des Neiges... Et que de nouveautés en prévision pour cette année avec une saison associant remise en état des refuges et suivi de la Panthère, des expéditions itinérantes, des expéditions au format classique, mais aussi l’ouverture d’une grande première avec l’arrivée de jeunes participants kirghizes en août !

Alors, que l’aventure commence, depuis la France ou le Kirghizstan, vivez au fil des jours cette nouvelle aventure scientifique et humaine dans la réserve de Sarychat-Ertash, au Kirghizstan !

Le Journal de Bord


























EXPÉDITION DU MOIS DE MAI - Session spéciale « Actions et travaux solidaires »

Mardi 27 mai

Mardi, 2h du matin en France, une sonnerie retentit depuis le numéro de Anne Ouvrard (chef de programme) ; le signal établi codant que tous nos participants se sont bien retrouvés à Bichkek après environ 8h de vols cumulés depuis la France !

Après avoir récupérés leurs bagages, nos comparses fraîchement débarqués rejoindront le bruit et les odeurs de la capitale kirghize pour une première immersion, qui s’annonce déjà bien dépaysante ! Il faudra encore attendre quelques jours pour toucher au territoire de la Panthère des Neiges et atteindre les montagnes tant imaginées.

Pour l’instant, il est temps de finir de préparer l’expédition, notamment en effectuant les dernières courses au Osh Bazar, le plus grand marché de la ville ! Il faudra rester attentif pour ne pas s’égarer dans le dédale des ruelles assaillies par les vendeurs !

Etales de fruits secs à Osh Bazar (photo expédition 2012)


Entrée de Osh Bazar (photo expédition 2012)

Après ces derniers achats, nos 9 aventuriers ont pu profiter de la fin de journée pour visiter la ville et déguster leur premiers plats traditionnels sous le soleil de la capitale ! Espérons que les talents culinaires kirghizes auront su combler les papilles françaises !

Mercredi 28 mai

Après une première journée bien remplie et riche en découvertes à Bichkek, il est déjà temps de reprendre la route pour quitter la ville et s’approcher des montagnes. C’est donc ce matin, après avoir regroupé l’ensemble du matériel, que nos neuf acolytes ont repris la route en direction de Barskoon, petit village sur les rives du lac Issik-Kul. Ce joyaux kirghize est l’un des plus hauts lacs d’altitude, encerclé par des montagnes et de courtes vallées agricoles.

Après la demi-journée de route nécessaire pour atteindre Barskoon, tout le monde a pu retrouver des forces en se baignant dans le lac. L’eau y est légèrement salée mais d’une température très agréable ! (euh... bien agréable au mois d’août ! elle semblait encore bien fraîche pour cette 1re équipe !)

Lac Issik Kul (photo expédition 2013)

Premiers véritables échanges avec la population kirghize, l’équipe est hébergée cette nuit chez une famille habitant à quelques pas de Barskoon, Tchong Jarilchak. Après avoir dégusté un plov, il est temps de rejoindre sa chambre pour une dernière nuit avant le grand départ vers les portes de la réserve de Sarychat-Ertash !

Famille acceuillant participants à Barskoon (photo expédition 2013)

Vendredi 30 mai

Jeudi 29, après une nuit reposante chez notre famille d’accueil sur les rives du lac Issik-Kul, notre équipe a repris sa route pour atteindre les portes de la réserve à Koyondu (dernière place où habite quelques gardes avant de rentrer dans le cœur de la réserve). Il aura bien fallu la journée pour quitter les vallées d’Issik Kul et franchir les premiers cols jusqu’à la réserve de Sarychat Ertash. La rencontre avec les gardes et la générosité de l’accueil kirghize à Koyondu aura su effacer les courbatures de la journée de route. Peut-être que quelques chants kirghizes et accords de guitare auront accompagné une dernière tasse de thé avant d’aller rejoindre ses duvets !

Sur la route de Koyondu, la Panthère veille !

En milieu de chemin, nos comparses se sont arrêtés le temps de visiter la mine de Kumtor, exploitation tenue par des canadiens à proximité des limites de la réserve. C’est donc avec une véritable idée des enjeux et contraintes politiques et économiques que notre équipe va entamer ses activités de recherche sur le territoire de la Panthère des neiges.

Sur la route de Koyondu, traversée des plateaux d’altitude

Aujourd’hui, vendredi 30, voilà le premier lever de soleil dans la réserve, quel bonheur pour nos aventuriers de se réveiller face aux montagnes célestes et leurs glaciers. Il est temps de faire connaissance avec les montures kirghizes ! Rappelons l’importance et la place des chevaux pour ce peuple cavalier. Tous à cheval donc pour une balade d’acclimatation qui permettra, au-delà de permettre aux organismes de s’habituer à l’altitude, de découvrir un peu plus les paysages environnants, et nos chers compagnons de route.

Camp de Koyondu (photo expédition 2012)

Après ces quelques jours de voyage et de découverte, les missions de recherche et de suivi du programme vont bientôt pouvoir démarrer, en parallèle des travaux de rénovation du campement Eshegart.

Espérons que notre équipe saura se trouver sur les traces de la Panthère des neiges !

Dimanche 01 juin

Beaucoup d’avancées pour notre équipe ces derniers jours !

Samedi matin, départ de Koyondu à cheval pour quatre heures de randonnée jusqu’à Eshegart, le camp de base au cœur de la réserve. Ce petit périple équestre n’a posé de soucis à personne et l’apprivoisement des montures kirghizes s’est fait progressivement dans le groupe !

Paysage sur la route entre Koyondu et Eshegart

Maintenant que nos acolytes évoluent véritablement dans le territoire de la Panthère des neiges, il est temps de démarrer les différentes missions de cette expédition.
Chose faite aujourd’hui avec la réalisation du premier transect (tracé fixe virtuel suivi régulièrement en relevant les indices de présence de la faune) de cette neuvième saison ! Une partie du groupe est montée le long du transect Sirdibai, tandis que l’autre partie a commencé les travaux de maintenance au niveau du campement. Il est vrai que les conditions climatiques rigoureuses mettent à mal les matériaux et les campements fixes nécessitent régulièrement des petites remises à neuf !

Camp d’Eshegart (expédition 2012), à comparer après les travaux fait par l’équipe sur place !

Toute l’équipe restée en France est maintenant en attente des découvertes faites sur les transects à venir, espérons que les montagnes kirghizes et leur faune nous offriront de belles surprises en ce mois de juin !

Mercredi 04 juin

Déjà 10 jours que l’aventure Panthera a commencé pour notre équipe et l’ambiance semble au beau fixe au cœur des montagnes kirghizes !

Lundi, toute l’équipe est restée au camp pour participer aux travaux de rénovation. Nous avons hâte de voir le résultat de ces efforts ! Les expéditions suivantes bénéficieront d’un camp de base remis à « neuf » !

Mardi, reprise des activités de recherche et de prospection pour une partie du groupe qui a eu la chance de repérer un terrier de loup le long du transect Kachkateur. Malheureusement, les habitants de cet abris n’ont pas voulu se montrer cette fois-ci... Pendant ce temps, une tyrolienne a été fixée au-dessus de la rivière Djamansu. A de nombreuses reprises, l’impossibilité de traverser le gué a réduit le champ d’exploration des expéditions. Espérons que cette tyrolienne nous offre un peu plus de liberté !

Un nouvel invité s’est fait entendre dans la réserve puisque mardi soir, c’est un aboiement de chacal qui a surpris notre équipe !

L’été n’est pas encore véritablement installé à Sarychat-Ertash, ce matin une fine couche de neige a accueilli nos montagnards à la sortie de leurs tentes. Courageux, cela n’a pas empêché une partie du groupe à partir sur le transect Solomo. Peut-être l’occasion de découvrir une empreinte de Panthère dans la neige...?

Samedi 07 juin

Les journées se succèdent dans la réserve, les transects s’enchainent et leurs belles découvertes aussi puisque notre équipe a trouvé ses premières empreintes fraîches de panthère ! Revenons sur ces derniers jours riches en émotion.

Jeudi, un tout nouveau transect encore jamais emprunté par les expéditions Panthera a été entrepris de l’autre côté de la rivière qui traverse la vallée du camp 1. Espérons que ce transect Djiliboulak puisse être de nouveau emprunté dans les prochaines semaines afin de mieux étudier la présence de la faune de ce côté de la vallée.

Vendredi, nos aventuriers se lancent sur le transect Birbaytal. La Panthère des Neiges avait emprunté les mêmes sentiers peu de temps avant puisque que des grattages et des fèces frais ont été retrouvés ! Les voilà véritablement lancés sur les traces de ce félin Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
énigmatique...

La nuit de vendredi à samedi a été pluvieuse, et c’est accompagnée d’une pluie mêlée de neige que l’équipe a pris le départ du camp 1 pour progresser plus profondément dans la réserve et rejoindre le camp 2, Gueulu. Mais que de récompenses au bout de ce chemin puisque sur le transect Orthogueulu réalisé l’après-midi, de nombreuses traces fraiches de panthère ont parsemé la marche de nos acolytes ! Le sol meuble attendri par la pluie aura su se jouer de la discrétion du félin Félin
Félidés
Les Félins ou Félidés, Felidae, sont une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins (Pantherinae) des petits félins (Felinae). Parmi leurs traits caractéristiques figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles, exception faite du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose pas sur le sol).
.

C’est sur ces beaux moments et ces riches émotions que tout le monde s’est ensuite reposé autour d’un feu de camp ce soir. Les étoiles et les rêves s’envoleront depuis la réserve de Sarychat-Ertash cette nuit...!

Mercredi 11 juin

Nous avons reçu aujourd’hui des nouvelles un peu plus détaillées puisque notre équipe a pu nous envoyer un mail, accordant plus de liberté que les quelques caractères des messages envoyés via le téléphone satellitaire.

Tout le monde est bien arrivé cet après-midi à Karakol, le retour à la ville s’est fait sur les chapeaux de roue ! Le temps d’une douche au Turkestan Yourt Camp (campement de yourtes où l’équipe va passer la nuit) et il était déjà l’heure de savourer de bons plats kirghizes avant de se déhancher sur les airs pops locaux au Zarina café ! De bons moments et des souvenirs endiablés en perspective !

Le retour progressif a débuté dimanche quand le groupe a quitté le camp 2 de Gueulu pour rejoindre le camp 1 d’Eshegart. Cette journée a été l’occasion de réaliser les derniers transects de cette session. Une partie du groupe a exploré le lit de la rivière dans la zone de petit Gueulu et a relevé des empreintes et des fèces d’ours et de panthères, ainsi que des fèces de loups. Le reste de l’équipe est monté sur le transect Kirktchoro et a pu relever un piège-photo ; de superbes images de loups, renards, ibex ont clôturé en beauté les travaux de recherches menés ces dix derniers jours !

Lundi, ce sont les travaux d’aménagement du camp d’Eshegart qui ont bien occupé tous les membres de l’expédition ! Et pour cause, le toit de la cabane a été refait, un four solaire est installé ainsi qu’une douche solaire fixe ! _ Bravo à eux pour tout ce travail !

Mardi, la route du retour s’est poursuivi à cheval de Eshegart à Koyundu. Il aura bien fallu la journée pour regrouper et charger toutes les affaires sur la douzaine de chevaux et effectuer les quatre heures de randonnées. Mardi soir, la dernière soirée dans la réserve s’est déroulée en compagnie des gardes, en échangeant sur ces derniers jours au cœur de la réserve riches de découvertes et de partages.

Mercredi matin, il est l’heure de laisser les chevaux kirghizes retourner à leur herbages et de monter en jeep pour rejoindre Karakol. Une bonne demi-journée de route, où l’on recroise peu à peu des habitations, des véhicules et finalement de véritables villages et petites villes.

Jeudi, il sera déjà l’heure de rejoindre Bichkek et son aéroport pour Simon, Emeline, Florine et Fabien !

Anne-Lise, Camille, Aline, Anne et Bastien seront eux encore « kirghizes » pour quelques temps !

SECONDE EXPÉDITION - MOIS DE JUIN - Session spéciale « Itinérance »

Mardi 17 juin

Alors qu’une partie des participants de la première expédition sont de retour sur le sol français depuis quelques jours déjà, nos trois nouvelles participantes de cette seconde expédition sont bien arrivées à Bichkek ce matin à 5h. Un horaire bien matinal, surtout après les heures de vols et d’attente en salle d’embarquement ! Mais après une courte sieste, l’énergie est de retour pour découvrir la capitale et faire connaissance avec l’équipe restée sur le terrain depuis la première session de Mai.

Les discussions se poursuivront ce soir dans une des bonnes adresses de restaurant que l’on conserve d’année en année ; le restaurant Djelal-Abad ! La découverte des membres de cette nouvelle équipe sera donc accompagnée d’une découverte culinaire ! Un bon contexte pour aborder les enjeux et problématiques liés à la préservation d’espèces telles que la Panthère des Neiges, ou pour conter une première belle histoire kirghize...

Demain mercredi, il sera temps de prendre la route pour se rapprocher du territoire de la panthère. L’équipe devrait rejoindre les rives du lac Issik Kul après une petite journée de voiture. Mais la perspective d’une soirée sur les rives de ce grand lac d’altitude rend les heures de voyage bien moins pénibles !

Jeudi 19 juin

Après avoir quittée Bichkek mercredi matin et atteint les rives du lac Issik Kul à 1600 m d’altitude dans l’après-midi, l’équipe s’est reposée une nuit dans le village de Tchong-Jarilchak, où la famille de notre ami Bakubaï l’a accueilli chaleureusement !

Puis toute l’équipe est arrivée jeudi matin aux portes de la réserve de Sarychat-Ertash, juste à côté de la mine d’Or Kumtor. Sur cette session « spéciale itinérance », nos 7 compères, accompagnés des gardes de la réserve, ont pu commencer leur périple par le nord-ouest de la réserve (contrairement à la session précédente, débutée au sud).

C’est donc après 2h de jeep sur les pistes, qu’ils ont pu partir à cheval pour rejoindre leur premier campement nommé Atcha.

D’après leur message, l’été a encore du mal à s’installer définitivement au-dessus des montagnes kirghizes... le col de Barskoon franchi en jeep jeudi matin pour atteindre la réserve était encore enneigé en ce mois de juin !

Mais le temps fut bien meilleur lors de la soirée, où nos aventuriers ont pu débuter les échanges avec les gardes de la réserve, avec qui le travail de recherche va pouvoir commencer dès demain !

Les ibex (bouquetins) et les argalis (mouflons) ont déjà été observés par l’équipe en cette première journée à cheval dans la réserve. Espérons que la panthère saura aussi offrir quelques traces de sa présence...!

Dimanche 22 juin

Aujourd’hui nos compagnons nous écrivent de très belles nouvelles !

Après deux nuits au campement Atcha, ils se sont déplacés au camp suivant, Bordu, où ils passeront déjà leur 2e nuit ce soir.

Le piège-photos posé l’été dernier par la petite équipe de Myriam, Virginie, Maxime and co sur le transect Ortho-Bordu leur a donné l’immense joie de découvrir 40 photos de panthère(s) des neiges !!!

Nous imaginons leurs sourires, rigolades et satisfaction, d’une si belle surprise !
D’autant plus que les empreintes et grattages de panthères trouvés sur place étaient frais de quelques jours (3 jours d’après leur message) !

Leur travail de relevés de terrain est donc bel et bien commencé, dans une ambiance « impeccable » nous ont-ils dit, nous espérons donc que leur aventure sera aussi fructueuse tout du long !

Tous les membres de l’équipe en profitent pour embrasser leur famille et leurs proches !

A très vite pour la suite...

Samedi 28 juin

Bonjour à tous,

veuillez nous excuser pour ce manque de nouvelles cette semaine... TOUTE l’EQUIPE VA BIEN !!!!

Il semblerait qu’un soucis technique nous ait « éloigné » de notre équipe kirghize durant quelques jours... nous ne recevions en effet plus de messages. Nous avons donc mis en place le plan B, et par téléphones interposés, lieux interposés, et contacts interposés, nous avons réussi aujourd’hui à joindre le responsable de la réserve naturelle qui nous a dit avoir eu des nouvelles récentes du groupe qui allait parfaitement bien ! OUF !

Puis ce soir, Bastien a enfin réussi à nous envoyer un message qui nous disait « vous ne recevez plus nos messages ??!? tout va bien ici, je vous les renvoie »...

Donc nous aurons le détail du planning de nos équipiers d’ici quelques heures... Nous viendrons vous les communiquer ici dès réception !

Les nouvelles technologies (téléphone satellite) nous jouent parfois quelques tours...

A dans quelques heures...!

Dimanche 29 juin

Revenons donc sur les derniers jours de nos acolytes...

Après avoir migrée en début de semaine vers le camp 2 « Koylu » pour y passer quelques jours, l’équipe a rejoint Eshegart (camp 1) vendredi 27 juin.

Le lendemain, c’est sur le transect de Kachkateur, à 1000 m au-dessus du campement, qu’une partie du groupe se dirigeait, pendant que l’autre partie découvrait Sirdibaï, afin d’aller y chercher les cartes mémoires des pièges-photos posés quelques semaines auparavant par l’équipe précédente.

Aujourd’hui, nos compagnons sont allés s’installer un bivouac du côté de Solomo pour y passer la nuit et espérer y voir quelques âmes sauvages au lever du jour... Ils avaient précédemment « grimpés » le transect de Solomo, les laissant apprécier la douceur du feu de camp à la veillée...

L’équipe semble parfaitement motivée, ce qui signe une très bonne ambiance, nous disent les messages !

Lundi 30 juin

Pour commencer la semaine, quoi de mieux que de s’enfoncer encore un peu plus profondément dans la réserve...?! Profitant de leur situation avancée du côté de Solomo, l’équipe s’est rendue aujourd’hui dans le lit de la rivière « Uch Köl » pour y effectuer un transect « horizontal »...

En effet, les lits de rivière offrent souvent le confort de ne pas être trop en pente, permettant ainsi de marcher de manière plus fluide... Et qui plus est, avec des sols souvent sableux et humides, marquants ainsi très bien toutes les empreintes...

Et pour cause, de belles empreintes de panthères et d’ours ont ainsi été repérées dans ce lit de rivière ! Des grattages également.
L’équipe en a donc profité pour poser un piège-photos...

Demain, ce sera le retour à cheval vers Koyundu, le dernier campement de la réserve (camp 0) !

Le temps a passé dans les montagnes... bientôt se rapproche le moment de les quitter pour une partie de l’équipe... nos compagnons profitent donc des derniers instants d’altitude et d’espaces sauvages que leur offre la réserve de Sarychat-Ertash !

Mercredi 2 juillet

Aujourd’hui, retour à la ville !

C’est un appel de Bastien ce soir qui nous annonçait l’arrivée de l’équipe à Karakol (au nord-est du pays) ! Tout le monde se portait à merveille, et le retour semblait s’être bien passé.

Le retour depuis Koyundu, le camp 0, s’est fait en jeep, en 6h à peu près... Puis, après un bref arrêt à Barskoon, petit village au bord du lac Issik-Kul, c’est l’agitation et le soleil brulant de Karakol qui a accueilli notre belle équipée...

Ce soir au programme, une bonne douche chaude et un bon restaurant traditionnel kirghize ! Rien de tel après deux semaines passées dans les montagnes reculées et la nature sauvage...!

Ulan, un de nos amis garde de la réserve, avait prévu de les retrouver pour cette soirée festive ! Nous imaginons donc quelques danses endiablées au détour des mets de choix typiques kirghizes que chacun aura pu choisir !

Puis la nuit sous la yourte devrait leur permettre quelques rêves nomades....

Demain, une petite visite de la ville de Karakol est prévue avant de prendre la route en fin d’après-midi vers Bishkek par la route nord du lac Issik-Kul.

Cette fois-ci, contrairement à l’expédition précédente où un soucis administratif les en avait empêché, nos compagnons pourront s’arrêter par le petit village d’Ananievo où ils devraient réussir à observer quelques panthères des neiges...
En effet, l’association allemande de protection de la nature NABU a une antenne qui se trouve au Kirghizstan, et une équipe anti-braconnage qui récupère régulièrement des animaux sauvages gardés vivants chez des braconniers. C’est ainsi qu’il y a quelques années, 3 panthères (2 femelles et 1 mâle) ont été récupérées, et que l’association a ainsi construit un enclos de 1 hectare, en montagne. Ces panthères ayant été blessées (amputation par le piège à mâchoires les ayant attrapé) et totalement imprégnées de l’homme, elles n’ont pas pu être réintroduites dans leur milieu naturel...
C’est pourquoi chaque année, nous essayons de passer un peu de temps avec chaque groupe en ce lieu, pour avoir tout de même le privilège d’observer quelques instants ces magnifiques félins...

Et après ces belles images dans la tête, le coucher de soleil puis la nuit annoncent le retour en minibus vers Bishkek ! L’aéroport Manas se trouve encore à quelques heures de route, avant que les avions de chacun puissent décoller...

Quant à Marie, Aline et Bastien, c’est à Karakol qu’ils retourneront passer une nuit sous le tounduk (sommet) de la yourte kirghize...

A bientôt....!

EXPÉDITION DU MOIS DE JUILLET - Session « Rive droite de l’Ertash »

Mardi 08 juillet

Tandis qu’en France l’invasion des côtes françaises par les vacanciers juillettistes à débuté ce week-end, une nouvelle équipe Panthera s’est envolée en terres inconnues pour une aventure hors du commun, enrichissante et sportive !

Lundi matin, fin de matinée, dernier message parisien envoyé par Pierre (accompagnateur sur les expéditions et membre de l’équipe Panthera depuis 5 ans) depuis l’aéroport Charles de Gaulle, une partie de l’équipe est déjà là (Amandine, Elise et Cédric), sacs et chaussures de randonnées prêts, l’esprit voyageant déjà au dessus des montagnes d’Asie Centrale.

Lundi en soirée, message russe cette fois-ci depuis l’aéroport de Moscou où une escale est nécessaire jusqu’à Bishkek. L’équipe continue de s’agrandir puisque Emelyne, une des participantes, les rejoint entre leurs deux avions. Voilà donc une partie de l’équipe abordant cette dernière étape du voyage vers le Kirghizstan. Pendant ce temps là, Lisa et Manuel, font eux escale à Istanbul, avant de retrouver Pierre et ses acolytes à l’aéroport de Bishkek... Il ne restera plus que Marie à retrouver, la dernière participante de cette session qui se trouve elle déjà au Kirghizstan depuis 3 semaines, avec Bastien et Aline...!

Et enfin, mardi matin, petit mot depuis Bishkek ! Tous le monde est bien arrivé ; Bastien, notre second encadrant, les attendant de pied ferme à l’aéroport. Après avoir récupéré les bagages, notre petite troupe a rapidement rejoint le centre ville pour ne rien louper de l’ambiance survoltée du marché Osh Bazar ; l’occasion également de faire quelques courses complémentaires. Un joli temps, léger et au soleil agréable est aussi au rendez-vous.
Tout de même, la fatigue du voyage étant présente, une petite sieste a bien été appréciée. L’appel à la prière de la mi-journée depuis le minaret du quartier à remplacé le bip-bip du réveil habituel et voilà nos compagnons repartis à l’assaut de la capitale kirghize pour une découverte gustative cette fois-ci. Espérons que tous les palais français trouveront des mets à leurs goûts !

Demain, il sera déjà temps de quitter la ville pour s’approcher un peu plus des montagnes, finalement, le voyage ne fait que commencer !

Mercredi 09 juillet

7h30, notre équipe fraîchement débarquée à Bishkek commence sa journée par un petit déjeuner pris chez leur hôte Nurgoul. Même si la maison se situe seulement à quelques minutes à pied du centre ville, les tilleuls, les pins et les tourterelles qui les occupent forment un petit rempart face à l’agitation et l’urbanisation croissante de Bishkek.

Cette première nuit a permis de refaire le plein d’énergie et tout le monde se sent d’attaque pour partir à 9h30 en mini-bus pour rejoindre Tchong-Jarilchak, petit village sur la rive sud du lac Issik-Kul.

Espérons que notre équipe trouve aussi facilement ses marques ce soir au village !

Samedi 12 juillet

Notre équipe a bien progressé depuis les nouvelles de mercredi ! Ils ont quitté la famille qui les a accueillis à Tchong-Jarilchak pour rejoindre Koyondu et les gardes aux portes de la réserve. C’est donc jeudi soir, quatre jours après l’atterrissage à Bishkek que le groupe a atteint leur destination finale, la réserve de Sarychat-Ertash !

Arrivée aux portes de la réserve, il n’est plus possible d’utiliser des moyens de locomotion à moteur. Il est donc temps de passer à cheval ! Vendredi, tout le monde a pu tranquillement faire connaissance avec sa nouvelle monture lors d’une petite ballade aux alentours de Koyondu. Une fois son destrier appréhendé, il est pleinement possible de profiter des magnifiques montagnes environnantes.

Samedi, il est temps de véritablement rentrer dans la réserve. Voilà donc nos aventuriers accompagnés de Ulan, un garde de la réserve, et Kuban, le référent kirghize de l’organisation américaine, la Snow Leopard Trust... Ils sont partis pour 4 heures de randonnée à cheval jusqu’au campement principal d’Eshegart. Sur la route, première observation de la riche faune kirghize, des argalis (espèce locale assimilable à nos mouflons français) sont là, cachés derrière un col, surpris par cette présence humaine !
Une fois les sacoches des chevaux déchargées et et les tentes installées, il est l’heure du repos autour d’un thé avant cette première nuit au cœur du domaine de la panthère !

Installés à ce camp de base, il est l’heure du départ pour le premier transect (relevé des indices de présence de la faune le long d’un tracé virtuel pré-défini) ; l’occasion de mettre en application les notions transmises par nos encadrants au groupe concernant les méthodes de suivi d’espèce. Même si la panthère n’a pas laissé trace de son passage sur le transect de ce jour, la vue offerte en haut de l’ascension récompense amplement ces premières heures d’efforts dans les pentes kirghizes !

Espérons que les prochains transects se feront littéralement « Sur les traces de la Panthère des neiges » !...

Lundi 14 juillet

Nos aventuriers nomades ont quitté le camp de base pour quelques jours et ont rejoint Kocheuteuk, progressant plus loin vers le centre de la réserve. La météo a été pluvieuse aujourd’hui, mais pour le confort de tous, le soleil a fait son retour en soirée, permettant d’installer les tentes au sec !

Il est décidé de partir demain pour 3 jours en direction du sud, afin de suivre les traces de présence de panthères repérées par Kuban.

Un piège-photo déposé en bord de rivière par l’équipe précédente a réservé une belle surprise hier. Une très belle image d’ours a été prise le 6 juillet. L’équipe restée en France a hâte de découvrir également ces photos !

Pour ceux qui voudraient géolocaliser nos amis sur le terrain, voilà les coordonnées GPS du campement du 14 juillet au soir : Nord 41.53.720, Est 078.41.078, Altitude 2782m.

Mardi 15 juillet

Mardi, 19h00, Pierre nous envoie deux nouveaux petits messages depuis le téléphone satellite.

La journée a été belle et agréable dans la réserve de Sarychat-Ertash. Pas d’ascension sur les crêtes des montagnes aujourd’hui mais l’exploration du lit de rivière sur une dizaine de kilomètres. Une marche sans dénivelé fort, de quoi assurer une petite récupération active à nos randonneurs scientifiques après ces quelques journées de transect sur les pentes kirghizes ! Un piège-photo a également été placé en bord de rivière ce matin.

Après être repassée au campement le temps de manger à la mi-journée, l’équipe est partie faire une randonnée à cheval sur les hauteurs de la rivière Ertash. A ce rythme, nos équipiers vont rapidement tous devenir des cavaliers avertis ! Cette ballade a aussi été l’occasion d’observer des vautours de l’Himalaya ainsi que des pelotes de hibou grand-duc.

Une nouvelle journée bien remplie donc, entre observation de la faune, découverte de la vallée et bien sûr bonne humeur !

Mercredi 16 juillet

Soirée de fête hier puisque Cédric, un de nos participant a eu la chance de franchir une année de plus en terre asiatique ! Une soirée d’anniversaire kirghize, en plein bivouac, à 2800 mètres d’altitude ; voilà de quoi rapporter un souvenir riche en couleur !

Ce matin, l’équipe est partie sur le transect de Solomo. La panthère s’est faite discrète sur cette crête en laissant peu d’indices de présence mais une randonnée néanmoins riche en observation puisque chacun a pu voir des gypaètes barbus, des ibex et un pika (espèce de rongeurs).

Troisième nuit de bivouac ce soir sous les tentes et autour du feu. Un tour de parole a été entrepris, permettant d’exprimer à tour de rôle ses ressentis à mi-parcours. La conclusion de cette discussion envoyée dans le message d’aujourd’hui est « toujours une super ambiance ». Nous n’avons donc plus qu’à souhaiter à nos amis de profiter pleinement de la suite de l’aventure !

Jeudi 17 juillet

Aujourd’hui retour à Eshegart, l’endroit où la première expédition de cette saison a rénové la maisonnette du campement au mois de mai. La petite troupe a donc quitté son dernier lieu de bivouac pour remonter en direction du camp le long de la rivière Erstash ; l’occasion d’une belle ballade de plus !

Après avoir déchargé les chevaux, après-midi lessive pour certains ! Le vent léger qui souffle depuis le matin devrait aider au séchage...

A 17h, Omorbek, Lisa et Amandine partent à cheval en direction du transect Kachkateur. La nature leur a offert de très belles surprises puisque au-delà de l’observation des ibex et des argalis, un carnivore plus discret s’est montré en cette fin d’après-midi. Un loup, tant décrié en France ces derniers temps, a croisé leur route ! Nous attendons tous d’avoir le retour direct sur ce précieux moment !
Du fait de la richesse en observation dans cette zone, il est décidé de repartir avec le reste du groupe dans le même espace demain matin. Espérons qu’ils pourront tous vivre de telles rencontres...

Vendredi 18 juillet

Comme prévu, c’est une belle journée à cheval puis à pied du côté de Kachkateur, et ceci jusqu’à 4200 m d’altitude, qui a occupé toute notre troupe !
Le glacier était quasiment à porté de main... Magnifique vue donc ! Et c’était sans compter les troupeaux d’argalis (mouflons) observés tout au long de leur ascension !
L’équipe a également eu le bonheur de découvrir une nouvelle tanière de loup... sans ses occupants... mais ce sera peut-être pour la prochaine fois !

Ce soir, l’équipe repartira à cheval après le diner pour installer un affût au bord de la rivière Ertash et y passer quelques heures !
Le froid semble déjà présent en ce début de soirée ! Ils ne s’éterniseront peut-être donc pas toute la nuit...

Dimanche 20 juillet

Ce soir, c’est un appel de Pierre qui nous informe que tout le groupe va passer sa deuxième nuit au bivouac qu’ils se sont installés au bord de la rivière Ertash, à l’embranchement avec la rivière Djaman Suu depuis samedi.

Hier, une magnifique surprise pour tous : une observation d’une louve avec ses 3 petits, puis le mâle un peu plus loin, lors de leur départ vers le lieu d’installation du bivouac !
Nous imaginons aisément leur joie !

Puis aujourd’hui, en montant jusqu’au lac de Djaman Suu, c’est un nid de grand duc, dans lequel se trouve un petit de l’année, qu’ils ont pu découvrir. Au sol, de nombreuses pelotes de réjections les avaient mis sur la piste...

Les panthères des neiges ont également marqué leur présence par ici... Des empreintes relativement fraiches, des jets d’urine contre les rochers, des poils, voilà de quoi inciter nos compagnons à poser un piège-photo par ici ! C’est donc ce qu’ils ont fait...

Et enfin, sous les vols majestueux des vautours de l’Himalaya, une marmottière semble avoir été littéralement détruite par un ours...

Il n’y a pas à dire, notre équipe se trouve bien au cœur de la nature... La faune sauvage y évolue au gré des jours... et nos amis ont la chance de pouvoir s’en émerveiller... !

Mercredi 23 juillet

Aujourd’hui, changement de décor...

Après un retour à cheval à Koyundu (camp 0) mardi, c’est aujourd’hui le moment de faire leurs adieux aux gardes de la réserve, et de laisser leurs compagnons de route : ses sacrés petits chevaux kirghizes, afin de revenir en ville en quelques 6h de jeep sur les pistes...

Les montagnes se sont donc éloignées petit à petit pour laisser la place aux villages, et au lac Issik-Kul !
En arrivant au bord du lac au niveau de Tchong-Jarilchak, c’est une baignade bien méritée pour les plus courageux, et un peu de farniente sur la plage pour les autres, qui a servi de transition avant de retrouver la petite ville de Karakol , et son camp de yourtes.

Ce soir, après une bonne douche, l’ambiance sera donc aux festivités avec une soirée au restaurant. Accompagnée de Ulan, l’un des gardes de la réserve qui les a rejoint, les rythmes kirghizes risquent de ne plus avoir aucun secret pour eux... ;)

En espérant que la nuit sous la yourte sera bonne !

Car demain, la journée va être bien occupée avec une petite visite de la ville et de ses monuments (église orthodoxe, mosquée chinoise, maisons « coloniales »,...), un petit tour au bazar pour rapporter quelques souvenirs typiques, puis un départ vers le site de l’association NABU, pour espérer y voir quelques panthères des neiges... Celles-ci, récupérées blessées chez des braconniers n’ont pu être réintroduites dans la nature, et se trouvent donc dans un parc clos...

Une occasion (malgré qu’elle soit malheureuse), de les voir évoluer à quelques dizaines de mètres de notre présence...

Puis dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sera déjà l’heure du retour en avion...

D’ici quelques jours, nous devrions être en mesure de pouvoir vous joindre quelques photos par ici...!

Toute l’équipe est en forme et semble avoir vécu une très belle aventure !!!

Alors à bientôt, pour la prochaine expédition !

EXPÉDITION DU MOIS DE JUILLET/AOUT - Session 2 « Rive droite de l’Ertash »

Mardi 29 juillet

Petit message rapide à 4h30 heure française ce matin pour nous rassurer quand à la bonne arrivée à Bichkek de cette nouvelle équipe de « panthéristes » ! Les nouveaux volontaires ont retrouvé comme prévu nos encadrants Pierre et Bastien à l’aéroport de Manas.

C’est maintenant parti pour une journée de découverte de la capitale kirghize, ses marchés, son agitation et ses grandes places rappelant l’architecture de l’époque soviétique.

Mercredi 30 juillet

Nous avons reçu ce matin un mail envoyé par notre équipe avant le départ pour le lac Issik-Kul et la reprise de la communication par téléphone satellite.

Le début de l’aventure aura été festif avec l’anniversaire de Jean Louis, un des membres de l’équipe. Trois semaines d’aventure kirghize, voilà de quoi bien commencer une année de plus !

Ce matin, réveil chez notre hôte Nourgul à Bichkek après une bonne nuit de repos. Kuban, le référent kirghize de la Snow Leopard Trust (organisation américaine de protection de la panthère des neiges) a rendu visite à l’équipe, apportant de nombreuses bonnes nouvelles !
En effet, il avait avec lui des photos prises en Mai dernier par un piège-photos déposé sur le transect de Sarichki. Et quelles photos : deux jeunes panthères accompagnées de leur mère ainsi que des superbes images de panthère en train de réaliser des marquages (action de frotter le sol avec les membres arrières, laissant une marque de délimitation du territoire de l’individu) !! A peine 48h après son arrivée à Bichkek, l’équipe est déjà plongée dans le cœur du programme Panthera !
Afin de resserrer le maillage sur le terrain, un ou deux pièges photos supplémentaires vont être mis à disposition par Kuban. De quoi augmenter les chances de suivre ces deux jeunes panthères !

Enthousiasmés par ces découvertes, il est déjà l’heure de prendre la route pour une journée de bus jusqu’aux rives du lac Issik-Kul où l’équipe passera la nuit. Le voyage jusqu’à la réserve n’est pas fini mais chacun se sent déjà sur les traces de ce grand félin....

Jeudi 31 juillet

Après une nuit chez l’habitant à proximité de Barskoon, il ne faut pas s’attarder ce matin et reprendre la route. En effet, nos compagnons sont encore à une journée de jeep des portes de la réserve où les attendent les gardes Ulan, Joki et Ilmir.

Dans les vallées longeant le lac Issik-Kul, on trouve de nombreux vergers d’abricotiers. Voilà de quoi savourer quelques fruits mûrs à point avant le départ ! Le temps frais et couvert s’accorde relativement bien avec une journée sur les chemins !

En remontant la vallée, la route devient rapidement sinueuse et l’asphalte en moins bon état. Puis, c’est l’ascension du premier col qui ouvre le passage vers les chaînes montagneuses. Courage, il restera alors encore une demi-journée de piste entre rivière, glaciers et alpages avant d’atteindre la maisonnette des gardes à Koyondu !

Vendredi 01 août

Court message ce soir depuis le Kirghizstan où toute notre équipe est bien arrivée à Koyondu hier soir.

Au programme aujourd’hui, ballade autour du camp de base avec de premières belles observations, notamment de gypaète barbu. Il est aussi temps de découvrir les fiers petits chevaux kirghizes. Chacun va rencontrer son futur compagnon de route pour les jours à venir !

Le message du jour est bref mais l’on nous souligne que l’ambiance est très bonne en ce début d’aventure ! Voilà donc une bonne équipe qui s’apprête à rentrer dans le cœur du territoire de la panthère....

Notre ami et garde de la réserve, Ulan, se lâche à la guitare... Rires communicatifs assurés !

Ulan à la guitare...

Samedi 02 août

Cinq jours après leur arrivée en Asie, voilà notre équipe installée ce soir à Eshegart, camp principal dans le cœur de la réserve.

Cette journée de randonnée à cheval est l’occasion de découvrir pleinement les paysages de montagnes encerclant le sentier progressant entre cols enneigés, glaciers et vallées. Plus que la beauté et la force de cet environnement, notre équipe a déjà pu profiter de la richesse de la faune kirghize puisqu’un loup a été observé passant un des cols du massif !!
Après environ 4h de cheval, voilà l’heure de décharger les sacoches et tout l’équipement fixé sur les chevaux de bâts prévus pour cette quinzaine de jours en autonomie complète dans la réserve.

Les tentes sont installées au pied d’un ruisseau et le feu allumé dans le poêle de la maisonnette pour mettre le repas du soir en route. Le sommeil fera vite son apparition, avec les premières étoiles et les pensées s’échapperont dans ses montagnes himalayennes...

Dimanche 03 août

Aujourd’hui dimanche, véritable début des activités de recherche scientifique avec le premier transect (relevé des indices de présence de la faune le long d’un tracé virtuel pré-défini) !
Voilà donc l’équipe partie sur le parcours Ekibaital avec pour but de poser au sommet de la marche un nouveau piège-photo mis à disposition par Kuban fin juillet.

10h00 en France, 14h00 au Kirghizstan, appel depuis le téléphone satellite. Surprise et étonnement de notre équipe en France, plus habituée à un échange par sms. Pierre, encadrant sur le terrain, s’apprête à nous annoncer une grande nouvelle... même une grande première dans l’histoire du programme Panthera...
Au cours des saisons, les différentes expéditions menées sur le terrain ont collecté des traces de très bonne qualité, divers indices de présence informatifs, puis, avec l’augmentation du nombre de piège-photos, de très belles images de panthères, des jeunes comme des adultes en évolution dans leur milieu naturel. Chacune de ces étapes a été une petite victoire pour nos équipes qui font vivre ce programme et une source de motivation et de joie pour continuer le travail.

Mais aujourd’hui une nouvelle étape dans cette progression a été franchie. Un évènement extrêmement rare, que très peu de personnes ont la chance de vivre et que l’on ose à peine espérer vivre.... Et oui, DEUX JEUNES PANTHÈRES ONT ÉTÉ OBSERVÉES le long du transect Ekibaital (lieu exact à préciser au retour de l’équipe) !!!!!
Les deux jeunes animaux étaient au repos dans une couchette, possiblement en attente du retour de leur mère. L’ensemble de l’équipe a eu le temps de les observer et des photos on été faites.

Les sentiments ressentis sur le terrain sont difficiles à retranscrire mais nous attendons fort impatiemment d’en apprendre plus sur cet instant unique qu’ils ont tous vécu.

Le piège-photo a bien été placé ensuite en haut du transect mais à n’en pas douter, les émotions resteront encore fortes dans le cœur de nos aventuriers pendant les jours à venir....

Afin de partager un peu du bonheur de l’équipe, voici également une surprise pour nous : quelques superbes images issues de nos pièges durant l’année 2014. Le système a été déposé lors de la saison 2013 et les photos prises toute l’année récupérées en juin 2014. Ouvrez bien les yeux, la panthère suit son chemin de crête sous notre regard !

Photo novembre 2013

Photo juin 2014

Découverte des bébés panthères, Pierre nous raconte !

Lundi 04 août

Il est 22h heure locale quand l’équipe nous envoie un message depuis le camp de Kocheteuk, lors d’une soirée au coin du feu.

Suite à la superbe observation des deux jeunes panthères dimanche, la faune a su réserver de nouvelles surprises aujourd’hui avec l’observation d’un loup dans la plaine lors du transfert du camp de Eshegart à Kocheteuk ! Dans le lit de la rivière Ertash, des traces fraîches de loups avaient déjà été rapportées. De nombreux argalis ont également été vus aujourd’hui.

Encore de riches moments en ce début de semaine, pour une équipe où la bonne ambiance est à la hauteur des découvertes scientifiques !

Samedi 09 août

Quelques nouvelles de notre équipe en cette fin de semaine !

La nuit a été fraîche dans les montagnes et le bruit de la pluie sur les tentes a accompagné le sommeil de nos compères.

Ce réveil humide n’a pas empêché la poursuite des observations de la faune kirghize avec notamment le passage d’un couple de Grand-Duc. Au programme ensuite, la pose d’un piège-photo de plus lors du transect, en espérant d’aussi beaux clichés que ceux des derniers mois !

Pour finir le week-end, il est prévu demain de descendre la vallée de Jamansu et de partir en bivouac pour la nuit de dimanche. Espérons que le soleil sera revenu d’ici là sur les contreforts de l’Himalaya !

Mardi 12 août

Les « au revoir » commencent à pointer le bout de leur nez... Aujourd’hui, il est temps de rassembler le matériel et de charger les chevaux pour rejoindre Koyundu , le camp d’entrée dans la réserve !

C’est là-bas qu’une partie de l’équipe des gardes de la réserve attend nos participants pour une dernière soirée tous ensemble dans la chaine himalayenne...!
Après quelques heures de rangement et une belle traversée à cheval de quasiment 5h par le col d’Eshegart, c’est une soirée chaleureuse bien méritée qui attend toute l’équipée !
Demain matin, les véhicules à moteurs seront de nouveaux compagnons de route pour permettre à toute l’équipe de rejoindre la ville de Karakol  !

Deux soirées festives en perspectives donc !

Jeudi 14 août

Nos compères viennent de passer une nuit sous la yourte... la dernière avant quelques heures d’insomnies...
Aujourd’hui, les quelques boutiques d’objets traditionnels kirghizes en feutre (laine de moutons) risquent d’être dévalisés par nos « panthéristes », l’occasion d’immortaliser un peu plus, et de faire partager leur voyage à leurs proches au retour...
L’église orthodoxe et la mosquée chinoise sont quelques originalités de la ville de Karakol dont ils ont pu profiter également !

Et ce soir, départ vers Ananievo pour une petite surprise parmi nos amis les panthères de neiges... (cf. paragraphe du 23 juillet 2014).

Demain, retour vers le cocon familial en Europe !

Une bien belle aventure qui touche à sa fin pour notre équipe chanceuse de ce mois d’août 2014, à qui la nature aura fait confiance... ! En espérant que cela continue !

EXPÉDITION D’AOUT - Spéciale « Orphelins kirghizes »

Cette nouvelle aventure nous trottait dans la tête depuis quelques temps... cette année, toute l’équipe l’a rendu possible !
Huit enfants/adolescents kirghizes de l’ orphelinat de Karakol au Kirghizstan, vont découvrir, durant 10 jours, la réserve naturelle de Sarychat-Ertash !
La suite en images, et en couleurs ci-dessous...!

Samedi 16 août

Première journée à Karakol pour nous les encadrants Anne-Lise et Pierre accompagnés d’Arthur son fils âgé de 13 ans. Aujourd’hui il s’agit de faire les derniers préparatifs sur place pour cette première expédition avec des enfants kirghizes.

Bien entendu un passage au bazar de Karakol est obligatoire. Ulan, un des gardes présents sur Karakol vient nous aider à choisir les fers à cheval. Dans la réserve les chevaux ont des petits pieds, il ne faut donc pas prendre les fers standards ! Nous achetons les dernières babioles manquantes : théière, fruits secs et bonbons, seaux en plastique pour le tri des déchets et le compost, etc.
A midi nous rencontrons Andrej le directeur de l’orphelinat de Karakol pour avoir quelques informations de dernière minute.
Nous passons ensuite un bon moment à slalomer d’un bankomat (distributeur de billet) à l’autre pour retirer de l’argent. Ceci nous prend du temps car nous n’obtenons pas plus de 15 000 com par retrait, ce qui représente à peine 200 €... Nous réservons le bus du lendemain avec Victor notre chauffeur habituel.

En fin d’après-midi notre interprète arrive. Nous sommes pressés de le rencontrer et nous n’allons pas être déçus ! Il se nomme Dastan et est âgé de 17 ans. Originaire de Talas (à l’Ouest de Bishkek) où il est étudiant, il a un excellent niveau d’anglais et parle couramment le russe et le kirghize.

Dastan notre interprète

La soirée se prolonge avec un bon repas typique en compagnie de Dastan et d’Aïchourouk (interprète pour Panthera quelques années auparavant) rencontrée par hasard dans Karakol aujourd’hui.

Dimanche 17 août

C’est le grand jour, il nous faut encore retirer un peu d’argent et après avoir essayé les quinze distributeurs existant sur Karakol, nous finissons par comprendre que le dimanche ils ne sont pas approvisionnés…

Nous arrivons à l’orphelinat vers 9h où nous rencontrons enfin les enfants et Marabat (la sous-directrice). Dire que les enfants sont pressés de partir serait un euphémisme : ils sautent tous dans le bus avec leurs djouourkandars (matelas en laine) qui occupent à eux seuls un quart du bus ! Nous faisons une petite vérification de leur matériel et c’est parti !

Départ de l’orphelinat de Karakol

Voici une présentation rapide du groupe constitué de 4 filles et de 4 garçons auxquels va s’ajouter Arthur. Voici Aliona, Annia, Masha et Nastia (ces deux dernières sont sœurs) accompagnées de Vasia, Akyl, Max et Dima (jumeaux). Ils sont âgés de 13 à 17 ans.

Après 1h30 de route nous arrivons au bureau de la réserve à Valna sur la rive sud du lac Issyk Kul. Là, nous transférons l’ensemble du matériel dans deux jeeps et un petit fourgon. Nous récupérons les permis qui autorisent les enfants à entrer dans la réserve. C’est l’occasion pour eux de rencontrer Oemourbek et Myshka, deux des trois gardes qui vont nous accompagner. Une dernière chose avant de monter dans la réserve : il faut récupérer les provisions chez Beikout l’épicier de Barskoon.

A 11h30 nous quittons Barskoon ! Sur la route nous passons devant la plus grande cascade du Kirghizstan. Pour la majorité des enfants c’est la première fois qu’ils la voient. Ils ont les yeux grands ouverts. Max a amené une paire de jumelles et ils sont tous pressés de regarder les montagnes avec. Nous sommes partis pour 4h de piste en passant par le col de Seok à 3800 m dont Oemourbek raconte l’histoire aux enfants. Nous leur indiquons également la direction de la mine d’or de Kumtor. Les Hauts plateaux situés à 3500 m sont aujourd’hui dans le brouillard.

Petit passage par le poste militaire de Karasaï, nous approchons de la frontière chinoise et c’est notre premier pique-nique : pain, fromage, kalbasa, chocolat. Celui-ci se fait rapidement car la grêle arrive.

Déplacement en jeep dans la réserve

Premier pique-nique, la grêle arrive

Sur la route nous observons beaucoup de marmottes qui commencent à être bien grasses en cette fin d’été. Une harde de mouflons de Marco Polo (koulja en kirghize) court parallèlement aux jeeps.
Nous arrivons au camp 0 de Koïendou vers 17h30 et cerise sur le gâteau pour cette première journée : une harde de mouflons nous observe en crête. Les enfants passent un petit moment aux jumelles à les observer. Nous arrêtons les observations car il se met à neiger et nous nous installons dans la cabane. Nous faisons plus ample connaissance avec les enfants grâce à de nombreux jeux dont le Killer (un équivalent kirghize du Loup-garou que les enfants adorent !). Pendant ce temps une partie des enfants va voir les statues de la réserve.

Découverte des status de la réserve

En fin d’après-midi notre troisième garde Urmat arrive. Les chevaux regroupés, les enfants les découvrent et sont très excités à l’idée de découvrir leurs nouveaux compagnons de voyage durant quelques jours.
La vie collective commence. Pour aller chercher l’eau à la source les jeunes gens sont motivés et dynamiques ! Voici venu notre premier vrai repas ensemble et là grande surprise : quasiment aucun enfant ne mange de mouton... ça commence mal nous avions acheté un mouton pour l’expédition et les gardes l’avaient préparé hier !

Après cette première grosse journée riche en émotions, tout le monde a besoin d’une bonne nuit de sommeil. Nous sommes ravis de travailler avec Dastan qui parle très bien anglais. Il est très réactif pour les traductions et extrêmement dynamique pour les animations et la vie collective.

Lundi 18 août

Nous nous réveillons vers 8h30 et surprise, il a neigé non-stop toute la nuit. Après le déjeuner, un premier bâton de parole est organisé pour présenter l’expédition aux enfants, s’ils ont des attentes particulières, quelques règles de vie en communauté sont proposées afin que tout ce déroule pour le mieux. C’est aussi le moment d’expliquer en quoi consiste le programme Panthera. Pourquoi travailler dans la réserve de Sarytchat-Ertash et comment se déroulera cette expédition ?

Il fait toujours mauvais temps, nous sommes à la limite pluie-neige ce qui nous oblige à faire une journée « indoor » si nous ne voulons pas être trempés et gelés. Comme les enfants sont de grands consommateurs de pain, nous organisons un atelier préparation. Ce sont principalement les filles, Arthur et Vasia qui participent. Les autres jouent aux cartes !

Atelier pain

Partie de cartes

Nous faisons ensuite de nombreux jeux dont Tétraogalle que Panthera a créé pour la phase « contact ». Il nous permet d’amener les notions d’écologie telles que les corridors biologiques, les réserves naturelles, la fragmentation de l’habitat. Oemourbek explique tout ceci aux enfants. Nous échangeons du vocabulaire sur les noms d’espèces que nous allons rencontrer dans la réserve.

Quelques notions d’écologie tout en s’amusant

L’après-midi sera rythmée par la cuisson du pain et divers jeux en utilisant l’anglais et le russe. Première petite dispute entre filles et garçons pour l’espace dans notre refuge, ce n’est pas facile de passer une journée à l’intérieur… ! Par chance, le soir il s’arrête de neiger. C’est l’occasion d’aller se défouler avec une bonne bataille de boules de neige !

Avant le repas nous faisons une petite dégustation de fromage de vache d’Ariège amené par Anne-Lise. Conclusion des enfants, ce n’est pas mauvais mais qu’est-ce-qu’il sent mauvais le fromage français ! Après le repas, nous échangeons quelques blagues et nous nous couchons en espérant avoir du beau temps demain.

Mardi 19 août

Belle surprise au réveil, il fait un grand ciel bleu avec 15 cm de neige fraiche ! L’excitation se fait ressentir aussi bien auprès des enfants que des encadrants ! Nous sommes tous ravis de pouvoir aller faire une ballade dans la neige, avec bataille de boules de neiges en prime (la pauvre statue de la panthère s’en souviendra !).

Koïendou sous la neige

Pauvre panthère !

C’est l’occasion d’observer les premières traces dans la neige. Principalement lièvres, moutons et chèvres, les enfants sont curieux. Nous avons aussi la chance d’observer une huppe fasciée (upupa epops) cherchant à manger dans la neige.
Les gardes commencent à réunir les chevaux et les enfants sont de plus en plus excités à l’idée de partir.

Max est prêt !

Après le repas c’est parti pour la première randonnée équestre avec Urmat et Anne-Lise. Il manque encore quelques chevaux, Pierre reste donc au camp. La neige a commencée à fondre, nous faisons un itinéraire de 2 h, le long de la rivière dans la vallée de Koïendou. Là, nous observons les premiers crânes de mouflons (koulja). Urmat explique la différence avec le bouquetin (téké). Il explique aussi comment on estime l’âge à partir des cernes sur les trophées. Nous entendons et observons de près les premières marmottes (souour) et lièvres (koïen).

L’appréhension face aux chevaux n’a duré que quelques minutes, les enfants veulent déjà trotter mais le sol est glissant avec la neige fondante.
D’ailleurs avec toute cette boue qui entoure la cabane, c’est l’occasion d’apprendre à manipuler la serpillère pour ceux qui ne sauraient pas le faire !
L’après-midi continue avec des jeux dans la neige et la construction d’un bonhomme de neige géant.

Première randonnée à cheval

Bonhomme de neige géant

C’est aussi le moment de jouer à la kartoshka (qui signifie pomme de terre). C’est sûrement le jeu préféré des kirghizes ! Il suffit de se placer en cercle et de faire des passes de volley. Celui qui perd la balle doit s’accroupir au centre. Pour être libéré il doit se faire « smasher » ou attraper la balle.

En fin d’après-midi nous prenons un peu de temps pour visualiser les images et les films pris grâce aux pièges photographiques lors des expéditions précédentes.
Un bon repas sans trop de mouton cette fois-ci, quelques jeux et une bonne nuit de sommeil durant laquelle nous rêvons de notre départ demain vers le camp 1 d’Eshegart.

Mercredi 20 août

Départ pour Eshegart !
Nous préparons les bagages, nous rangeons la cabane, chargeons la jeep et préparons la sacoche de pique-nique, les jumelles et la crème solaire ! Les enfants sont prêts avant les chevaux et nous avons un temps magnifique. Le paysage est à couper le souffle avec les sommets encore enneigés ! Ce matin Urmat joue la sécurité, il met une bombe au cas où le cheval viendrait à glisser sur la neige !

Aliona à cheval

Urmat est équipé !

Nous partons vers 10h30, la neige a fondu dans la vallée mais en montant au col d’Eshegart à 3900 m il y a encore 15 cm. Arrivé au col nous observons des mouflons en crête et les traces de l’ours (ayou) qu’Urmat a croisé hier en allant chercher des chevaux.

Au col nous attend Myshka avec la jeep et nous faisons un petit pique-nique. Nous arrivons à Eshegart vers 16 h et là, surprise. Nous rencontrons deux jeunes suisses, Roman et Valentin qui se sont lancés dans la traversée du Kirghizstan à cheval. Petite erreur de leur part, ils ne se sont pas renseignés sur le fait qu’ils traversent actuellement une réserve intégrale. Ils n’ont donc pas d’autorisation et vont être soumis à une amende de la part des gardes...

Nous faisons un bon goûter après ces 4 h de cheval, des observations à la longue vue et aux jumelles puis nous commençons à ranger le matériel. Nous faisons aussi une partie de kartoshka pour se détendre ! Puis vient le moment d’installer les toiles de tente. Excitation générale pour les enfants et Dastan, c’est la première fois qu’ils vont dormir sous une tente !

On a hâte que la nuit tombe !

Les fameux djouourkandars !

Le repas terminé, nous partons faire une petite promenade le long de la rivière.

Jeudi 21 août

Cette première nuit sous tente est une réussite, tout le monde a le sourire ! Au réveil les jeunes vont directement aider les gardes à attraper les chevaux et à les ferrer. Ils ont attrapé le virus et sont passionnés par ces animaux. Pendant ce temps un gypaète (kokjuru) vole à quelques mètres au-dessus de nos têtes. Une belle observation à l’œil nu !

Ferrage des chevaux

Aujourd’hui nous parcourons les bords de rivière à Uch Kol. Le but de la journée est de récupérer les images du piège photographique déjà en place et de faire un petit transect dans le lit de la rivière. Nastia reste avec Myshka à la cabane, elle a des courbatures à cause du cheval. Pas de soucis, ils vont nous préparer du pain frais.
Nous arrivons en début d’après-midi à l’endroit où est le piège. Oemourbek donne des explications sur la panthère, pourquoi elle ingurgite de la Myricaria squamosa, ce qui nous permet d’identifier ses excréments, etc. Il explique également pourquoi nous avons placé le piège photographique à cet endroit. Nous l’avions positionné ici en juin pour avoir des images d’ours. Ce fut une réussite quand nous avons relevé la carte SD début août. Aujourd’hui, nous visualisons les dernières images prises, mais il n’y a rien de bien intéressant à part des brins d’herbe et des mouflons !

Relevé piège-photographique

Les 2 suisses rencontrés à Eshegart hier reprennent la route et passent par là. Ils ont amené un appareil photo polaroïd. Nous en profitons donc pour faire une photo de groupe. Après le pique-nique, nous partons pour un petit transect à pied le long de la rivière et nous cherchons un nouvel emplacement pour notre piège. En route nous faisons une petite pause construction de kairns. Nous expliquons aux enfants qu’il y en a sur les sentiers en France et quel en est l’intérêt. Nous faisons 4 équipes de 2 personnes. Qui construira le plus gros kairn en 10 min ? Les techniques de construction sont bien différentes d’une équipe à l’autre et à la fin nous obtenons 4 beaux tas de cailloux !

Akyl, Max et leur kairn

En bordure de rivière nous observons différentes traces. Les enfants utilisent les éventails d’empreintes pour les identifier. Nous décidons ensuite de poser le piège photographique face à un gros rocher isolé où nous trouvons encore une fois un grattage de panthère. Cette fois-ci la cible du piège photographique est bien la panthère des neiges (ilbirs) ! C’est l’occasion d’expliquer l’utilisation d’un GPS, son intérêt. Les enfants prennent ses coordonnées pour que les gardes puissent venir relever la carte SD et vérifier les piles d’ici l’été prochain.

Pose piège photographique

Nous rentrons à Eshegart en fin d’après-midi. Sur le chemin, nous observons de très près deux belles hardes de mouflons, principalement des femelles et des jeunes. Les enfants restent muets devant le spectacle. Petite toilette avec les douches solaires puis divers jeux dont la kartoshka !

Retour au camp

Ce soir le ciel est totalement dégagé, nous faisons donc une super soirée observation des étoiles pour ceux qui ne sont pas trop fatigués !

Vendredi 22 août

Nous prenons un bon petit déjeuner au soleil devant la cabane puis nous préparons un petit tableau de répartition des tâches. Nous organisons des groupes de filles et de garçons pour faire la vaisselle !

Ce matin nous décidons de laisser les chevaux se reposer et de nous dégourdir les jambes ! Nous partons en fin de matinée à pied vers Birbaïtal. Ce sont les enfants qui nous guident. En effet, maintenant qu’ils savent utiliser le matériel, nous allons pouvoir retrouver des points intéressants enregistrés sur le GPS pendant les expéditions précédentes. Le premier point est un terrier de marmottes démoli par un ours affamé. Ce sont les filles qui nous y emmènent. En route nous observons un lièvre à faible distance, une piste de loup toute fraiche. Nous continuons à nous perfectionner dans l’identification des traces de bouquetin, mouflon et peut-être une vieille trace d’ours. Nous apprenons aussi à différencier les crottes rencontrées : loup (volk), marmotte, lièvre, mouflon, bouquetin.
En route nous trouvons de petits fruits oranges que toute l’équipe déguste !

Identification de traces

Nous décidons de construire un pont pour aller pique-niquer de l’autre côté de la rivière. C’est un sacré travail d’équipe mais nous avons vu un peu grand. Le courant empêche de rejoindre les deux rives. Nous ne nous laissons pas abattre. Après un bon repas sans traverser la rivière, nous repartons ! Cette fois le point GPS nous amène vers des moulages d’empreintes de loup et de bouquetin réalisés par les participants de l’expédition précédente.

Sur place nous trouvons une belle zone où le courant est plus calme et où l’eau est tiède. Tout le monde est ravi de pouvoir se baigner ! Dans notre baignoire vivent de petits poissons, les enfants les attrapent à la main. Nous en profitons pour leur rappeler qu’étant dans une réserve intégrale, nous ne devons pas capturer les animaux !

Baignade

Une partie du groupe

La fin d’après-midi est consacrée aux douches et aux divertissements.
Akyl est captivé par l’expédition, en chemin il nous fait part de son envie de faire partager son expérience à ses amis. Il souhaite réaliser un film sur la réserve pour faire découvrir la nature qui les entoure aux kirghizes. Il nous explique qu’avant cette expédition il n’était pas conscient de la présence de toute cette faune et flore dans les montagnes kirghizes.
Ce soir encore un magnifique ciel étoilé s’offre à nous.

Samedi 23 août

Aujourd’hui nous partons faire un bivouac !!!! Encore un super petit déjeuner au soleil, les enfants sont efficaces pour les taches collectives, le pliage des tentes et la préparation des sacoches. Nous devinons leur excitation à l’idée d’aller dormir ailleurs.

A midi nous arrivons en bas de Jaman suu (mauvaises eaux) où nous allons étblir notre camp. Tout le monde installe les tentes et nous pique-niquons au bord de l’eau. Certains ne peuvent bien sûr pas résister et retournent se baigner ! Nous laissons passer les heures les plus chaudes en faisant divers jeux dont des énigmes sur le monde animal.

Pique-nique en bord de rivière

Nous partons ensuite faire une ballade à cheval jusqu’au rocher de Jaman Suu. Au retour, nous nous arrêtons voir la tyrolienne construite en juin pour traverser la rivière lors des crues. Puis nous observons les pétroglyphes sur les rochers.

A la recherche des pétroglyphes

Pierre et Arthur sont eux partis faire une reconnaissance le long de la rivière à pied. Ils trouvent des traces d’ours et de panthère (ils notent les coordonnées GPS) et à leur retour au coucher du soleil ils observent un grand duc (oukou) s’envoler.

De retour au camp c’est KARTOSHKA pour ne pas changer, on est accro !
Un bon repas autour du feu de camp et nous attaquons une folle soirée de mimes, jeux de cartes et observation d’étoiles.

Feu de camp

Dimanche 24 août

Il semble que les enfants apprécient le bivouac ! Ils seraient même prêts à faire un aller-retour jusqu’à Eshegart pour récupérer de la nourriture afin de passer une seconde nuit sur place !

Nous rangeons le camp, petit déjeuner avec du thé chauffé au feu de bois et départ pour une balade à pied dans Jaman Suu. Nous espérons retrouver les traces vues par Arthur et Pierre la veille. Impossible de retrouver les traces de panthère… mais nous trouvons carrément la piste de l’ours. Nous mesurons qu’il y a 1,50 m entre deux traces d’une même patte arrière ce qui donne une indication sur la taille de l’individu. Certainement un bel animal. Nous faisons également une belle observation de gypaète (kokjuru).

Découverte de traces d’ours

Un bon pique-nique et nous rentrons à Eshegart. Cette après-midi c’est repos, toilette, lessive, jeux de cartes, fabrication de bracelets en perles (même les chevaux se font décorer la crinière) et ce sera notre dernière kartoshka… Et oui le ballon avait survécu jusque ici mais ça y est, notre crâne de cheval fétiche a eu raison de lui… De notre côté (les encadrants), nous commençons l’inventaire et le rangement du matériel.

Max et son compagnon de voyage

Ce soir nos deux terreurs : Dima et Max (jumeaux) toujours très complices, nous réservent une petite bêtise sans le vouloir. Ils ont toujours beaucoup d’enthousiasme quand il s’agit d’aider les gardes à s’occuper des chevaux. Ce soir, ils décident dans leur coin de leur épargner la tâche de relâcher nos partenaires de voyages. Ils font ça très bien, les selles sont rangées sous la bâche, les tapis sont amenés dans la cabane, les licols sont accrochés. Petit soucis : ils n’ont jamais fait attention que les gardes entravent les chevaux ! C’est donc parti pour une folle soirée à rattraper les chevaux qui s’en donnent à cœur joie pour filer ! Les gardes sont un peu en colère mais Max et Dima font leur maximum pour rattraper leur bêtise. Tout le monde les aide et finalement l’erreur est vite corrigée !

Pour cette dernière soirée à Eshegart, nous organisons un bon repas en extérieur. Il est agrémenté des tours de magie de Dastan, soirée photos, etc. Nous réalisons un petit sondage, les enfants donnent un 10/10 à l’expédition ! Seul un point négatif est soulevé... c’est trop court !

Veillée magique !

Ce sera notre dernière nuit à Eshegart, mais quelle nuit… Des étoiles plein le ciel et plein les yeux, certains enfants dorment à la belle étoile. D’autres dorment dans la cabane des gardes !

Lundi 25 août

Aujourd’hui nous rentrons à Koïendou... Les enfants auraient souhaité un séjour plus long. Nous chargeons la jeep et s’est parti pour repasser le col d’Eshegart. Cette fois-ci il est totalement dégagé, toute la neige a fondu mais les paysages sont toujours aussi beaux, particulièrement le glacier de Koïendou.

Col d’Eshegart

Nous avons la chance d’observer 5 gypaètes qui jouent et quelques vautours de l’Himalaya (koumaï) très haut dans le ciel.

Nous arrivons à Koïendou en début d’après-midi, le repas nous a été préparé par la famille vivant sur place. Un peu de repos après manger et puis il devient impossible de refuser aux enfants une dernière balade à cheval. Ils nous supplieraient presque ! Nous les laissons partir avec les gardes. Pendant ce temps nous finissons l’inventaire du matériel.

Vient l’heure de la boum sur les musiques kirghizes dont « Bishkek never sleeps » qui aura bercé notre séjour ! (https://www.youtube.com/watch?v=0C4... )

Mardi 26 août

C’est le retour pour de bon... Nous chargeons les 2 jeeps mais une petite séance de 2h de mécanique s’impose sur les véhicules. Les enfants ont ainsi plus de temps pour dire au revoir aux gardes et aux chevaux. Oemourbek redescend avec nous.

Photo de groupe à Koïendou

Nous roulons d’une traite jusqu’à la cascade de Barskoon où nous nous arrêtons manger dans une yourte. Un bon plov (plat à base de riz sauté, carotte, oignons et mouton) pour certains et du kourdak (plat à base de pommes de terre, mouton et oignons) pour les autres. Les enfants peuvent ainsi voir la cascade d’un peu plus prêt et contempler la statue de Youri Gagarine.

Statu de Gagarine

Nous arrivons vers 16h30 au bureau de la réserve. En attendant notre chauffeur de bus, nous nous baignons dans le lac. Tout le monde est ravi ! Nous arrivons à l’orphelinat à 19h. Les enfants sont super contents de nous faire visiter. Nous voyons enfin leur élevage de poules (environ 500 dont nous allons déguster les œufs), l’étable pour les vaches et les moutons (une quinzaine de chaque pour le lait et la viande) et le jardin. Nous rencontrons des enfants restés à l’orphelinat pendant notre expédition et les panthéristes commencent déjà à raconter leur expérience. Nous rencontrons les frères et sœurs de chacun.
A notre grande surprise Beka, un des enfants resté à l’orphelinat nous demande plusieurs fois de lui réserver une place pour l’été prochain !
Les filles nous préparent un petit repas pendant que les garçons font des démonstrations de saut-périlleux dans les chambres et une bataille de polochons. C’est international !
L’orphelinat est en travaux cet été et les enfants aident à faire les peintures.

Repas à l’orphelinat

Mercredi 27 août

Nous nous réveillons vers 9h, petite sélection de photos pour la retransmission suivie d’un bon petit déjeuner préparé par les enfants avec leurs œufs de poules. D’autres reviennent d’une petite semaine sur les rives du lac Issyk Kul, l’orphelinat est bientôt au complet. En tout 30 enfants d’âges divers vivent là.

Pour la retransmission tout le monde est présent. Nous présentons l’expédition à l’aide de photos qui servent de fil conducteur. Les enfants se chargent d’expliquer à leurs amis ce que nous avons fait, les anecdotes, la différence entre les espèces, etc. Nous avons des moulages d’empreintes de bouquetin, de loup et une plume d’aigle (burkut) à l’appui. Tout le monde semble intéressé, les petits comme les grands et notre équipe de panthériste prend plaisir à tout raconter.

Restitution à l’orphelinat

Tout le monde est captivé !

Dans l’après-midi, le moment fatidique arrive... Il faut nous dire au revoir. Le retour en France approche. Pour les enfants il est temps de préparer la rentrée scolaire qui se fait le 1er septembre au Kirghizstan (juste après la fête nationale).

Pas facile de dire au revoir, d’un côté comme de l’autre on espère se revoir l’an prochain pour repartir cavaler sur les Hauts plateaux kirghizes !!!!

A l’année prochaine, pour une nouvelle aventure franco-kirghize !


Arthur, notre seul ado français témoigne de son expérience avec les 8 autres jeunes...

Panthera au Kirghizistan avec les jeunes from Chemins de Pierre on Vimeo.


Et pour 2015...


En 2015 nous réitérons l’expérience avec 8 autres orphelins !
Dans ce but, nous lançons une campagne de recherche participative de fonds pour les équiper en matériel de montagne (duvet, chaussures de randonnée, vestes, …).

Soutenez-nous ici : http://fr.ulule.com/orphelins-kirghizes

En 2014, nous avions transporté leur couette de l’orphelinat jusque dans la réserve car ils n’avaient pas de sacs de couchage (et nous n’en n’avions pas pour eux)... Imaginez le chargement !!!! Et concernant leurs chaussures, idem, c’était « collector » !
Résultat, si cette année nous pouvons améliorer leur confort, ce sera encore de meilleures conditions pour découvrir leurs magnifiques montagnes !

Merci !

Nos partenaires

Voir également