Approche pédagogique de la communication animale

Voir descriptif détaillé

Approche pédagogique de la communication animale

Voir descriptif détaillé

La communication animale est un vaste sujet qui ne peut être abordé dans sa totalité. L’intérêt de cette fiche réside pour l’enfant, en l’amélioration des ses représentations sensorielles. C’est une prise de conscience utile à son développement.
L’objectif est de comprendre comment communiquent deux êtres vivants entre eux.

Les connaissances scientifiques à maîtriser par l’animateur :

Distinguer la communication (établie entre deux êtres vivants, le comportement de l’un influe sur l’autre), et la réaction (qui fait suite à la perception d’informations émises par le milieu extérieur).


Les stimuli


Les signaux ou stimuli perçus sont de natures variées (chimique, sonore, lumineuse). A un stimulus déterminé correspond un comportement précis (prédation, sauvegarde, reproduction, défense, vie sociale).

Les stimuli sont détectés par des récepteurs sensoriels (organes des sens, tel que l’œil, l’ouie,…). Les véritables récepteurs sont des cellules sensibles des organes des sens, dont le rôle consiste à transformer le stimulus en message nerveux de nature électrique.

On différencie :

- Les mécanorécepteurs (capteurs de vibrations ou de la pression)
- Les chimiorécepteurs (sensibles à certaines molécules chimiques)
- Les thermorécepteurs (sensible à la différence de température)
- Les photorécepteurs (sensibles à la lumière)


Les voies et les centres nerveux


Les messages circulent le long de chaînes de neurones sensitifs jusqu’aux centres nerveux. L’influx nerveux est alors traité par ces centres (encéphale, moelle épinière), puis renvoyé vers d’autres fibres nerveuses, responsables de la réponse motrice ou glandulaire. Donc vers une réaction comportementale.

A et B sont deux organisme, le schéma peut s’établir ainsi :

Stimulus émis par A → Réception par organe des sens de B → Communication interne de B → Réponse de B → Stimulus reçu par A → réponse de A.

NB : la communication interne peut être nerveuse mais aussi hormonale (par l’intermédiaire de molécule chimique ou hormones élaborées par des cellules glandulaires) .


Informations pédagogiques à prendre en compte lors de la réalisation des fiches d’activités :


03 à 06 ans : Les enfants découvrent leurs sens. Ils associent leurs 5 sens, à leurs 5 organes de sens.

06 à 09 ans : Ils observent les comportements des animaux, et sont capables de comprendre qu’ils réagissent en fonction d’une information reçue.

A partir de 10 ans : Ils prennent conscience que grâce aux organes des sens, ils reçoivent des informations variées du milieu qui sont traitées par le cerveau qui permettent de communiquer.

Obstacles :

En fonction de l’âge, la communication est avant tout une relation langagière entre les êtres humains, ce qui constitue un obstacle pour prendre conscience qu’elle peut s’établir entre 2 animaux.


La démarche pédagogique


- 1.Quels sont les moyens de communication de l’homme ?

Il faut à ce stade faire prendre conscience à l’enfant des différents modes de communication qu’il utilise en fonction de différentes situations (utilisation des différents sens).

Par exemple :
Supprimer un des sens et essayer de communiquer ( jeux divers en étant sourd, muet, aveugle,…).
Mettre les enfants en situation de communication avec une langue étrangère, ou face à un étranger (autre culture, autre référence, etc…).
Conclure en valorisant les différents organes des sens, et à partir de 12 ans introduire les notions de signaux et récepteurs sensoriels.

- 2.Observation, et analyse du comportement entre deux animaux de la même espèce

Cette étude se fera de préférence en en petit nombre, pour une meilleur compréhension, et pour multiplier les fiches d’observation.
On observera si possible les animaux dans différentes situations, en multipliant les expériences.

- Comportement d’ordre alimentaire : repérage des proies, fuite, capture
- Comportement de reproduction : parades nuptiales, couvaison, soins aux jeunes
- Comportement de défense : protection d’un territoire, alerte d’un danger
- Comportement social : reconnaissance des individus de la même famille, échange d’informations, de nourriture, protection contre l’intrus.

Il serait préférable de choisir pour la première fiche d’observation créée par les enfants, des animaux qui possèdent dans leur communication, le langage oral (oiseaux, animaux domestiques) pour rendre plus accessible le premier travail.

Exemple d’observation, la dinde :

Le comportement de la dinde vis-à-vis de ses petits. Une dinde surveille ses petits de près qui piaillent sans arrêt.

1re expérience : Un dindonneau est placé sous une cloche transparente. La mère qui n’entend plus les cris, se désintéresse du petit.
2nd expérience : Le petit est alors caché mais la dinde entend ses cris. Elle s’affaire et se précipite à son secours.
3e expérience : Un putois empaillé, ennemi de la basse court, qui diffuse des cris enregistrés de dindonneau, produit l’affairement maternel de la dinde.

=> La dinde a donc une reconnaissance beaucoup plus auditive, que visuelle.

Les moyens utilisés pour mettre en place ces observations peuvent être de plusieurs types :

- Création de leurre (construire une proie en carton, ou encore avec un simple intrus avec un bouchon peint en rouge, des sons d’animaux enregistrés,…)
- Utilisation d’appeaux (un appeau (dérivé du mot français appel) est un instrument utilisé pour produire un son particulier attirant les oiseaux ou le gibier)
- Documents visuels, ou écrits, donnant des informations sur des animaux plus difficiles à observer
- Réalisation de films et photos à analyser ensuite, il est souvent difficile sur le terrain de bien analyser un comportement
- Recherche internet
- Au gré de l’imagination des animateurs et des enfants...

Progressivement, on amènera les enfants à observer des animaux qui ne communiquent pas avec un langage oral (insecte, poisson).

- 3.Tableau comparatif, des différents moyens de communication utilisés par différentes espèces entre elles.

Le travail pédagogique ici, consiste en le regroupement des différentes fiches d’observations réalisées sur le terrain afin d’établir un tableau récapitulatif.
L’intérêt est de constater que chaque espèce animale développe son moyen de communication privilégié en fonction du milieu dans lequel elle vit, de la situation et de sa morphologie.

L’apprenant pourra même en fonction des animaux observés prendre conscience de l’existence de la variété des organes sensoriels (œil composé de l’abeille pour la vue, vibrisses du chat pour le toucher, tympan de la patte de criquet pour l’ouie, langue de vipère pour l’odorat, trompe et patte de mouches pour le goût,…), tout n’est pas identique à l’homme.
Il pourra s’apercevoir de la variété de la nature des signaux émis (forme, couleur, lumière, douleur, sons, vibrations, odeurs, saveurs,…).
Et de manière plus approfondie, il pourra s’attarder sur la structure des récepteurs en fonction des organes utilisés (photorécepteurs, chimiorécepteurs, mécanorécepteurs,
thermorécepteurs).

C’est à l’enfant de présenter son étude, et de tenter de répondre aux questions éventuelles, on est toujours dans une démarche de réflexion, mais à présent collective.

- 4.La communication existe-t-elle entre êtres vivants d’espèces différentes ?

Cette question est un élargissement possible, en fonction du travail effectué auparavant.
Ex : entre l’homme et son chien.


Conclusion


Cette fiche est un ligne directrice créée pour servir le développement de l’enfant. Il est donc nécessaire que chaque fiche d’activité prenne en compte l’âge et le niveau de chacun, ainsi que les réalités de terrain (matériel disponible, animaux observables, nombres d’enfants, etc…)

Nos partenaires

Voir également